Castel de Challiers

Demeure et terres de Fabien, Noeline, Jonas, Albine et Emery de la Fléchère Marigny
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La Rue de la Traverse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Noeline
Maitresse des lieux
avatar

Messages : 1771
Date d'inscription : 17/11/2008

MessageSujet: La Rue de la Traverse   Ven 6 Mar - 21:03

Fabien74 a écrit:
65 Rue de la Traverse:

De bon matin, Fabien avait fait son paquetage. Il devait partir pour 15 jours avec Noeline. Il avait un rendez-vous important à Polignac, mais il se devait d'accompagner son amie, qui n'allait pas bien, suite aux derniers évènements.

Il ne fallait pas qu'il ne se charge de trop, en effet ils allaient être deux sur Astir, il fallait voyager léger.
Fabien mis tout de même sa belle livrée au dond de son sac: il fallait faire bonne présentation à ce rendez-vous diplomatique. Il prît aussi le nécessaire au confort de son cheval, Astir.


Il prît également quelques provisions pour la route, ainsi qu'un peu d'argent, histoire de ne pas se retrouver sans rien, juste au cas où.
Il allait être absent longtemps. 15 jours sur les routes et 1 mois de retraite, pour mieux préparer son futur Diaconat et méditer sur les enseignements d'Aristote et du Très-Haut.


Il avait peur de partir, il ne voulait pas laisser ses amis. Mais ce départ était inévitable. Qui sait comment il allait retrouver Auri à son retour. Encore plus changé, est-ce possible?

Fabien alla chercher Astir dans la pâture. Celui-ci se dégourdissait les pattes depuis hier déjà.



Il attacha sa longe à la barrière, devant la maison. Il se dirigea ensuite vers la maison.

J'arrive Astir, attend-moi ici, sois bien sage.

A l'intérieur Fabien rangea un petit coup, passant la main sur les meubles pour faire tomber la poussière. Il prît quelques objets qui pourraient être utiles à la route: un couteau, une corde, un sifflet et une petite croix, qu'il mît dans la poche de sa chemise.
Après un dernier coup d'oeil à la bâtisse, il ferma les volets et la porte. Il alla également fermer la porte à deux battants de la grange.


Ne t'en fais pas Astir, nous serons bientôt de retour.

Dans les rues du village/Taverne "A l'ange et l'hic":

Il ferma la barrière, installa la selle et ses bagages puis pris place sur le cheval. Il prît la direction de la taverne de son ami Bittow, pour dire au revoir à ses amis. Il y croisa Ulyceduel, avec qui il parla du Conseil paroissial, de choses et d'autres, mais aussi son voisin Kafer qui trouve un joli nom pour son épée: "Sangdragon". Espérons que nous n'en rencontrerons pas en route! Very Happy
Il prît ensuite congé de ses amis. Bitt avait essayé de le rendre ivre mais n'y était pas arrivé: Fabien avait été le plus rapide et avait "coché". Il reconnaissait bien là son ami. Un peu triste mais heureux en même temps, il quitta la taverne.

Rue du Puy Courny:

Il passa ensuite prendre Noeline chez elle, comme ils devaient voyager sur le même cheval.
Quand Fabien arriva, celle-ci était déjà prête et l'attendait sur le chemin, Zarka à ses côtés, attendant patiemment.


Bonjour Noeline! Comment vas-tu? Tu es bien matinale aujourd'hui! Comme convenu je passe te chercher! J'éspère que tu as pu régler toutes tes affaires à temps avant de partir.
Viens, prend place sur la croupe d'Astir, il y a de la place!


*huhuhuhuhu rumphhh*

Oh pardonne moi Astir je voulais dire, ce cheval est si musclé...

*Le cheval se calme*

Fabien tendit la main à Noeline, accompagnant son geste d'un clin d'oeil.

En route demoiselle, les chemins n'attendent pas! 😉

Noeline derrière lui, ses affaires chargées, les deux amis prirent la direction de la sortie du village, Zarka trottinait gaiemment à leurs côtés. Fabien pensait qu'il lui faudra un petit temps d'adaptation avant d'accepter totalement Zarka, et oui un loup, c'est pas évident. Mais elle était vraiment adorable, alors il se dît qu'il n'aurait pas trop de mal...

Son épée à sa droite, Fabien fît tourner Astir sur le chemin qui les menait à la sortie du village. Une grande aventure les attendait: des rencontres, des ampoules, des sourires, de nouveaux villages... Et tout cela rendait Fabien heureux. En plus du fait de se retrouver aux côtés de Noeline.

Noeline, tu es bien installée? N'hésite pas à t'accrocher à moi si le chemin te paraît trop cahoteux, ou si tu sens que tu perds l'équilibre, je ne voudrais pas te perdre en route!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noeline
Maitresse des lieux
avatar

Messages : 1771
Date d'inscription : 17/11/2008

MessageSujet: Re: La Rue de la Traverse   Ven 6 Mar - 21:09

Noeline a écrit:
Dès son retour, elle prit le chemin qui mène vers la rue de la traverse. Fabien lui avait prêté son cheval Astir pour rentrer plus vite et elle ramenait la bête à son propriétaire.

Ce dernier était toujours en méditation chez les moines de Montluçon, il faudrait patienter encore de longs jours avant d’avoir la joie de le retrouver, mais ce jour serait sans aucun doute inoubliable …. Wink

Elle dirigea le cheval vers son enclos, lui jeta quelques brassées de foin et rempli un seau d’avoine et un autre d’eau pour lui.

Tiens mon bel Astir, tu le mérites … tu m’as ramené chez moi. Une caresse sur les flancs de l’animal et elle s’en retourna vaquer à d’autres occupations.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noeline
Maitresse des lieux
avatar

Messages : 1771
Date d'inscription : 17/11/2008

MessageSujet: Re: La Rue de la Traverse   Ven 6 Mar - 21:10

Noeline a écrit:
Après la messe , Noeline se dirigea vers la maison de Fabien.

Il avait fait savoir hier que les moines l'avait laché plus tôt que prévu.
Elle était ravie mais prise au dépourvu, pas prête du tout à partir à sa rencontre comme elle lui avait promis.

Cela dit, elle se plia de bonne grâce à ce changement dans son emploi du temps. Pas question de laisser un jour de plus s"écouler et de retarder encore leurs retrouvailles, trois semaines étaient déjà bien assez longues.

Elle arriva dans l'enclos d'Astir et s'approcha de la bête.

Viens mon brave, ton maitre à besoin de toi, nous partons ce soir à sa rencontre.

Elle passa autour de l'animal la bride qui lui permettrai de le tenir et l'emmena avec elle vers sa maison. Elle devait encore préparer ses bagages pour quelques jours et passer à la Sauverie pour fermer le dispensaire encore une fois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noeline
Maitresse des lieux
avatar

Messages : 1771
Date d'inscription : 17/11/2008

MessageSujet: Re: La Rue de la Traverse   Ven 6 Mar - 21:13

Fabien a écrit:
Entre la rue du Verger et le 65 rue de la Traverse:

Après la fête chez Ina et Chrys, Fabien et Noeline avaient décidé de passer le nuit chez Fabien. Tous deux étaient fatigués ce soir, voilà pourquoi ils avaient décidé de prendre congé plus tôt de leurs amis.
Sur le chemin, Fabien et Noeline marchaient côte à côte, main dans la main.

Tu sais mon amour, je suis heureux que nous nous soyons rencontrés, c'était comme une évidence nous deux, comme si c'était écrit depuis le premier jour. Tu n'as pas froid? Tiens prend ma cape, sinon tu vas tomber malade, et je ne me le permettrait pas.

65 rue de la Traverse, chez Fabien:

Fabien alla jeter un coup d'oeil à la grange avant de rentrer, Astir se portait à merveille, il s'endormait.

Ne t'en fais pas mon bel ami, demain tu pourras galoper dans la pâture.

Puis Fabien entraîna Noeline à l'intérieur. La suivant de près, de très près même. Il avaient un peu faim, comme Chrys avait presque tout englouti à la fête. Fabien chercha quelque chose à proposer à Noeline. Cette cuisine avait bien besoin d'une femme. Par bonheur, de la soupe restait au fond de la marmite. Il disposa deux assiettes creuses en terre cuite sur la table et dit:

Ma Noeline, de la soupe, ça te convient?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noeline
Maitresse des lieux
avatar

Messages : 1771
Date d'inscription : 17/11/2008

MessageSujet: Re: La Rue de la Traverse   Ven 6 Mar - 21:17

Noeline a écrit:
Au 65 rue de la Traverse chez Fabien
Elle avait accepté son invitation de passer chez lui, sa maison était plus proche que la sienne sur le chemin du retour.

Elle le suivit en bavardant, heureuse d'avoir un moment enfin à partager ensemble.

Chez lui, ils s'attablèrent mais elle n'avait pas faim. Elle mangea plus pour prolonger ce moment que par goût.

Fabien tu sais .... je suis heureuse que tout cela nous arrive, je suis bien avec toi.
Elle se leva et vint l'embrasser, se serrant dans ses bras qui se refermèrent sur elle au même moment.

Ils restèrent un moment enlacés, profitant de l'instant.

Fabien ... tu sais combien je t'aime murmura t'elle dans son oreille




Fabien a écrit:
Les deux amoureux avaient terminé le repas et s'étaient installés devant la cheminée, sur la peau de Moutmout.

Fabien ... tu sais combien je t'aime

Mon amour, moi aussi, je n'ai pas de mot pour décrire ce que je ressens pour toi, c'est si fort... Tu es la première personne à qui j'ai envie de tout raconter, tu me comprends à merveille, tu es ma moitié: celle que j'attends depuis le premier jour.

Et ici, devant le feu qui crépitait, sur une peau de mouton, Fabien prouva à Noeline qu'elle seule comptait à ses yeux. Doucement ils se dévêtirent, l'un après l'autre. Après quelques instants, ils étaient face à face, se découvrant pour ainsi dire pour la première fois. Ils se montraient à nu.

Fabien glissa son visage près de l'oreille de Noeline et lui dit: Je t'aime... Tu es mon tout, tu es mon rien, tu es mon essentiel, tu es ma bouffée d'oxygène...

Comme si le temps ne comptait plus, comme si le monde n'existait plus, comme si tout le reste n'avait plus d'importance, Fabien et Noeline ne firent plus qu'un. Des souffles chauds dans le dos, des respirations prononcées, des mots doux chuchotés, la nature avait fait son oeuvre, pour le plus grand bonheur et le plus grand plaisir des deux amoureux.

Là, sur le sol, ils s'endormirent...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noeline
Maitresse des lieux
avatar

Messages : 1771
Date d'inscription : 17/11/2008

MessageSujet: Re: La Rue de la Traverse   Ven 6 Mar - 21:18

Noeline a écrit:
Elle se réveilla sans ouvrir les yeux. Un rayon de soleil matinal caressant son l’épaule nue, un bourdonnement d’insecte, des chants d’oiseaux parvenant à ses oreilles par la fenêtre restée entrouverte.
Le feu s’était sans doute éteint durant la nuit, elle s’était enroulée dans la couverture en peau, blottie contre Fabien.

Elle était allongée sur le ventre, la tête dans son bras, envahie d’une étrange sensation.

Le bien être, c’était ça tout simplement. Elle ouvrit les yeux et son regard croisa celui de Fabien qui la regardait, là tout près. Un sourire s’afficha sur ses lèvres.

Ne bougeant qu’un bras, elle l’entoura, l’attirant doucement contre elle.
Sans parler, ils restèrent ainsi se contemplant, perdus dans le regard de l’autre, refusant de rompre le charme qui opérait.

Ils venaient de vivre leur première nuit et comme tous les amants venant de se découvrir, ils étaient seuls au monde.

Elle l’embrassa avec une infinie tendresse et lui murmura encore des mots de bonheur, des mots d’amour.

Basculant sur le dos, elle voulu se dégager …. Hum, j’ai faim maintenant … tu as bien un bout de pain à m’offrir … ou un reste de soupe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noeline
Maitresse des lieux
avatar

Messages : 1771
Date d'inscription : 17/11/2008

MessageSujet: Re: La Rue de la Traverse   Ven 6 Mar - 21:21

Fabien a écrit:
65 rue de la Traverse, chez Fabien:

Fabien se réveilla doucement. Il ne sait combien de temps ils se regardèrent. Tout à coup Noeline se leva et fut prise d'une envie de soupe.

Naturellement qu'il m'en reste, tu as si peu mangé hier.

Il lui chuchota à l'oreille: Je t'aime.

Pendant que Noeline mangeait, il alla s'habiller, tout excité. Il redescendit à la cuisine et s'assit près de son aimée.

Mon amour, dès que tu auras terminé, j'aurai une surprise pour toi...



Noeline a écrit:
Mon amour, dès que tu auras terminé, j'aurai une surprise pour toi...

Une surprise ? Elle le regarda en souriant feignant d'être mi étonnée, mi inquiète ... ah ne me fais pas languir comme ça ...

Elle termina son repas, lava l'assiette, rangea ce qui trainait sur la table et revint près de lui, toujours enveloppée dans la couverture.

L'entourant de ses bras, elle se fit caline, l'embrassa dans le cou et vint lui murmurer ... je suis là mon coeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noeline
Maitresse des lieux
avatar

Messages : 1771
Date d'inscription : 17/11/2008

MessageSujet: Re: La Rue de la Traverse   Ven 6 Mar - 21:24

Fabien74 a écrit:
65 rue de la Traverse, chez Fabien:
Dans les bras l'un de l'autre, Fabien n'avait pas envie de quitter l'étreinte de Noeline.

Viens par là mon coeur...

Fabien se plaça derrière Noeline, lui mettant ses mains sur les yeux.

Avance, là, doucement, attention...

Ils traversèrent la cuisine et passèrent la porte qui donnait sur le jardin.
Là il retira ses mains et chuchota à Noeline:


Juste parce que je t'aime...


*Noeline* a écrit:
Juste parce que je t'aime...

Il l'avait emmenée en lui masquant les yeux, lentement elle se laissa guider par Fabien, il retira ses mains devant ses yeux.

Elle faillit ne pas comprendre... et réalisa d'un coup que cette splendide robe était pour elle.
Un sourire s'afficha sur son visage, elle se retourna et passa ses bras autour de Fabien, elle posa ses lèvres sur les siennes ...

Fab ! il ne fallait pas, c'est une pure folie que tu as fait là, oh mon Fabien ...
cette robe est superbe
.

Elle s'avança et laissa glisser la couverture de ses épaules ....viens.. aide moi à la passer maintenant ... avant de pouvoir me l'enlever à nouveau ... 😉 lui dit elle d'un air malicieux

Fabien74 a écrit:
Fabien était heureux que son cadeau plaise à Noeline. Il l'aida à s'habiller...

Mon amour, tu as quelque chose derrière la tête?

Fabien rit.

*Noeline* a écrit:
Mon amour, tu as quelque chose derrière la tête?

Moi ? oh.... tu me connais 😉

Fabien74 a écrit:
*Noeline* a écrit:
Moi ? oh.... tu me connais 😉

Justement...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noeline
Maitresse des lieux
avatar

Messages : 1771
Date d'inscription : 17/11/2008

MessageSujet: Re: La Rue de la Traverse   Ven 6 Mar - 21:28

Fabien74 a écrit:
Après une merveilleuse journée passée avec Noeline, la soirée s'annonçait plus que merveilleuse. Noeline avait passé une bonne heure à se regarder dans le miroir, dans sa nouvelle robe... Ah les femmes... Fabien repense à ce qu'il avait fait après s'être acheté un col. Non, il n'était pas un exemple... Après s'être occupé d'Astir, l'avoir fait galopé un peu, changé son foin, rempli son seau d'avoine, Fabien rentrai dans la chaumière.

Noeline, où es tu? Tu as terminé tes essayages?

Petit sourire.

Viens par là. Il lui prend la main et l'attire jusqu'à la table de la salle à manger, où ils s'asseoient. Dis moi, serais tu contente que nous allions nous promener en forêt? Ainsi tu pourras ramasser quelques simples, je sais que cela fait quelques temps que tu n'y es retournée, et que cela manque à ton bonheur.
Emmène Zarka, elle sera contente, elle pourra nous ramener un ou deux lapins pour le soûper, de plus.


Fabien sourit.

Je te laisse te changer, pour ma part, je t'attends dehors, près de la barrière. A tout de suite...

Alors que Noeline monte à l'étage pour changer de tenue, Fabien sort de la maison, et s'asseoit sur un gros rocher, près de la barrière.

Il fait encore beau, pour un début de soirée, se dit-il, voilà qui présage une belle promenade...

*Noeline* a écrit:
Depuis son retour de voyage, les jours se succédaient dans une sorte de quiètude. Fabien était là plus souvent qu'elle n'avait espèré, elle était heureuse d'être a ses cotés.

Noeline, où es tu? Tu as terminé tes essayages?

Elle le vit arriver, et se sentit transportée de bonheur.

Fabien mon amour, te revoilà ... se laissant guider, elle prit place près de lui, gardant sa main dans la sienne.

Une promenade en forêt ... tu sais très bien que oui, j'ai besoin de cueillir c'est vrai, je ne m'occupe guère de la Sauverie depuis quelques temps, heureusement l'été apporte du répit, il n'y a plus de malades ...

Sautant sur ses pieds, elle partit enfiler une tenue plus appropriée à la ballade, siffla Zarka et le rejoignit dehors.

Elle saisit en passant un grand panier et une serpette, glissa son bras sous celui de Fabien et ils se dirigèrent tous les deux vers la sortie du village.

Le jour commençait à décliner doucement, une teinte rosée voilait l'horizon, les deux amoureux s'enlacèrent et s'éloignèrent en longeant la rivière, la Jordanne offrait une douce mélodie et berçait leurs pensées communes.
Ils s'enfoncèrent dans la forêt, Noeline se sentait légèrement tendue, elle ressera son étreinte sur la main de son compagnon.

*Noeline* a écrit:
Dans l'après midi, Noeline partit vers la rue de la Traverse pour voir de près l'état de la maison qu'elle souhaitait occuper avec Fabien.

Il y avait quelques arrangements à prévoir et un peu de jardinage en prévision mais l'endroit était à son goût.

C'est le coeur joyeux qu'elle revint vers sa maison, non sans s'arrêter chez Fabien en route, elle était trop pressée de lui faire part de ses impressions.

Elle s'installa sur le seuil de la porte ouverte, assise par terre comme elle aimait le faire partout et après avoir détaillé sa visite avec moultes descriptions, elle vit Fabien qui la regardait l'air amusé...

Quoi ? tu trouves que je parles trop encore ? Bon je m'en vais ... lui dit elle en l'embrassant .... tu sais quoi je vais secouer ce cadastreur qui n'en finit pas de nous donner les clés ... Very Happy



Plus tard dans la journée

Noeline revint chez Fabien en fin d'après midi toute survoltée.
Il avait finit sa journée de travail pour elle dans son champ ( de bonne heure ... se dit elle 😉 ) et se reposait quand elle fit son apparition toute souriante.

Elle s'approcha de lui, le contourna et vint se placer derrière lui tout en l'entourant de ses bras. Elle déposa un baiser sur sa joue puis se pencha davantage pour l'embrasser encore.

Quand elle se releva, elle avait posé sur la table devant lui, une magnifique clé.



Elle sourit en attendant sa réaction, toute contente d'avoir obtenu si vite satisfaction auprès du cadastreur
( mais en ces temps de chaleur estivale il était content de rester à l'ombre de d'avancer sur ses plans 😉 )

Fabien74 a écrit:
65 rue de la Traverse, chez Fabien:

Fabien était occupé à remplir les malles et les baluchons, et à vider son ancienne maison de ses meubles. Ils allaient emménager ensemble avec Noeline, il n'avait jamais été aussi heureux. Noeline arriva chez lui et l'enlaça. Il se laissa faire. Elle lui présenta une belle clef ouvragée.

Mon amour mais! C'est bien ce que je pense? Enfin, nous avons notre maison! Je suis le plus heureux et le plus comblé des hommes, sois en sûre! Mais, tes affaires sont prêtes? Je viens de terminer mes paquets, il faudra faire un deuxième voyage, ma charette est plus petite qu'il n'y paraît!

Fabien et Noeline chargèrent les affaires dans la charette. Quand ce fut fait, il attela Astir.

Mon fidèle cheval! Tu vas voir les écuries et les paturâges que nous te réservons là-bas! Ainsi qu'à Zarka.

Le cheval hennit et esquissa une moue de satisfaction.
Fabien monte devant, les rènes dans la main droite, et de la gauche, aide Noeline à s'installer à ses côtés.


Allons-y mon amour, rejoignons la maison de nos rêves! Il n'y a qu'a remonter la rue!

91,5 rue de la Traverse, chez Fabien et Noeline:

La charrette s'engagea sur le petit chemin qui conduisait au manoir. E lle bringueballottait à droite et à gauche, mais restait finalement assez stable.



Fabien, de par ses récentes fonctions au château de Clermont, avait économisé un peu d'argent, et on pouvait dire que la boulangerie de Noeline marchait plutôt bien, aussi avaient-ils pu s'offrir ce petit bijou d'architecture.

Ils descendirent de la charrette et déchargèrent les affaires de Fabien devant la porte. Il restait encore à faire un deuxième voyage pour chercher les affaires et les meubles de Noeline. Fabien prit Noeline par la main et l'attira dans l'encadrure de la porte.

Tu me fais visiter mon amour?

Petit sourire malicieux.

*Noeline* a écrit:
91.5 Rue de la Traverse

La clé tourna dans la serrure, ses yeux brillaient, c'est presque religieusement qu'elle poussa la porte qui s'ouvrit sur une entrée bien éclairée et accueillante.



Elle entraina Fabien à l'interieur ... ça va me changer de ma modeste petite maison, c'est si .... différent.

Mes meubles sont prêts et mes malles aussi, mais vidons d'abord ta charette, il nous faut Astir pour chercher la mienne.

Ils transportèrent tous les deux les quelques meubles de Fabien et installèrent ses affaires dans les coffres qu'ils avaient déjà. Ils discutèrent gaiement de l'emménagement qu'ils feraient dans leur nouvelle demeure. Cherchant la meilleure place pour les commodes, les malles, les fauteuils....

Noeline ne pu s'empêcher d'embrasser son bien aimé chaque fois qu'elle arrivait à le coincer entre deux allez retour.

Elle prenait conscience doucement de la vie qui s'offrait à elle désormais. L'ascension de Fabien au Duché était arrivée si vite qu'elle n'avait pas encore vraiment réalisé ce que cela signifiait pour elle.

Tu viens mon Fabien, allons chercher mes affaires, qu'on en finisse.
Ensuite, je te montrerai le reste de la maison.


Un clin d'oeil et elle sortit rejoindre le brave Astir qui attendait patiemment devant le perron.

Fabien74 a écrit:
91,5 rue de la Traverse, chez Fabien et Noeline:

Une fois arrivés devant l'imposante bâtisse, Fabien et Noeline déchargèrent les affaires du 65. Malles, commodes, fauteuils, bahuts et coffres encombraient la cour. Une bonne partie de l'après-midi, ce ne fut qu'allers-retours pour installer le bazar que Fabien avait accumulé durant quelques mois. Quand une place fut trouvée pour chaque chose, Fabien dît à Noeline.

Mon amour ne traînons pas, il y a encore toutes tes affaires du 122 rue de la Jordanne à ramener!

Fabien alla chercher Astir, qui broutait déjà dans la pâture attenante au manoir. Il l'attela puis monta à l'avant de la charrette.

Viens Noeline, monte à mes côtes!

Fabien aida son aimée à se hisser sur le siège. Petit sourire malicieux.
Il fit claquer les rènes et Astir partît au galop! Il cria:


En voiture Simone, c'est moi qui conduis, c'est toi qui klaxonne!

Il partit d'un rire retentissant. Qu'elle était belle, les cheveux dans le vent... Rue de la Jordanne, nous voilà!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noeline
Maitresse des lieux
avatar

Messages : 1771
Date d'inscription : 17/11/2008

MessageSujet: Re: La Rue de la Traverse   Ven 6 Mar - 21:29

*Noeline* a écrit:
L'après midi touchait à sa fin déjà quand ils revinrent de la rue de la Jordanne. Noeline n'avait pas autant de bazard que Fabien 😉 mais elle avait tout de même quelques bricoles accumulées depuis ces derniers mois.

Surtout des caisses en rapport avec la Sauverie, des pots, des plantes séchées, des fleurs coupées, des balances, des pillons .... tout un attirail.

Ils stoppèrent devant la maison, elle sentait la fatigue qui pesait sur son dos, manoeuvrer des choses lourdes n'était pas dans ses habitudes, du moins pas aussi intensement.

Ils déchargèrent la charrette et Noeline s'adossa contre le mur devant la porte. D'une main elle s'essuya le front, Fabien mon amour, arrêtons un peu, je suis fatiguée là ...
elle l'enlaça et lui glissa à l'oreille ... viens je vais te montrer ... l'endroit de tes rêves ...

Fabien la regarda en souriant, un peu malicieux, elle lui prit la main et lui fit traverser l'entrée puis pris le couloir partant sous l'escalier

Elle poussa une porte et le laissa découvrir cet endroit merveilleux ...




N'est ce pas que c'est la cuisine de tes rêves mon coeur ? Devant la moue dubitative qu'il fit dans l'instant, elle rit aux éclats, à quoi pensais tu donc ?

Il grogna un son qui en disait long ... viens tu vas préférer celui ci je suis sûre.

Ils longèrent le corridor qui se trouvait à l'étage et arrivèrent devant la première pièce.

Ferme les yeux là .... ne regarde pas hein !



Elle laissa Fabien entrer et referma la porte ...voilà notre lit ... j'espère que tu y dormiras bien ... et que cette maison te plait autant qu'à moi.
On ira voir les autres pièces plus tard
... sourire mutin.

Fabien74 a écrit:
91,5 rue de la Traverse:

......................................

......................................

......................................

L'aube pointait le bout de son nez lorsque le couple se réveilla, sous les carresses des rayons du soleil. Fabien voulait encore rester là, dans la chaleur des draps, dans les bras de sa mie. Mais un gros travail les attendait. Il se leva et tira la couette, où Noeline se cachait!

Aller Noeline, on y va, on se lève, on a encore beaucoup de choses à faires! Et je m'en voudrais de mettre la Sariette à côté du Pissenlit poilu ou inversement, et ainsi de créer un poison redoutable... Bref, il faut que tu te lève!

La douce Noeline n'eut plus le choix.
Il descendirent à la cuisine, où ils se restaurèrent, firent un brin de toilette puis se retrouvèrent devant les tas de malles et de baluchons.


Bon... Quand faut y aller, faut y aller...

Il travaillèrent d'arrache-pied toute la matinée. Un peu avant le déjeuner, ils capitulèrent.

Mon amour, avant d'aller déjeuner, je voudrais te faire découvrir un endroit particulier. Un endroit où tu pourras cultiver tes simples. Prête?

Fabien conduisit Noeline à travers un dédale de couloirs, puis poussa une porte en bois. Le jardin s'offrit à leurs yeux:



Alors, heureuse?

Very Happy

*Noeline* a écrit:
Alors, heureuse?

Fabien n'obtint pour réponse qu'un large sourire de Noeline.

Elle embrassa du regard, le jardin qui s'étalait là et déjà faisait des plans pour organiser dans sa tête les carrés de plantations. Un carré de simples, un carré d'herbes aromatiques, un carré de fleurs, un carré de ... il y avait le temps plus tard ....

Elle se retourna vers lui, sa main vint caresser sa joue et elle déposa un baiser sur ce visage tant aimé.

Tu me combles Fabien , toi .... et puis cet endroit, cette maison ....c'est donc ça le bonheur ... c'est donc si simple que ça.

Elle lui prit le bras et l'entraina vers la maison .... allez j'ai faim, viens et puis j'ai mille choses à faire encore avant ce soir ....

Fabien74 a écrit:
91,5 rue de la Traverse:

Il terminèrent la journée ensemble, après la promenade dans le jardin. Ils mangèrent un morceau, puis la fatigue de la journée qui s'était écoulée s'abattit sur leur épaules. Ils s'endormirent dans les bras l'un de l'autre, pour la deuxième fois dans leur nouveau lit. Fabien savait que Noeline devait partit quelques jours, à la recherche de simples, dont elles manquait pour la préparation de ses remèdes. Le lendemain matin, à son réveil, il trouva un mot sur l'oreiller de Noeline:

Citation :
Mon tendre amour,

Je n'ai pas voulu te reveiller ce matin, tu es si beau dans ton sommeil, tu as l'air si paisible que j'ai peine à te sortir de cet état.
Pourtant, j'aurai voulu t'embrasser, te dire que je t'aime, que tu vas me manquer .... oui je suis partie ce matin tôt vers la forêt en longeant la rivière pour mes récoltes et je ne pense pas rentrer ce soir car je vais cheminer assez loin. Ne t'inquiètes pas, Zarka est là, elle me protège tu le sais.
J'ai pris de quoi manger et un bivouac pour la nuit, je rentrerai au plus vite, je serai là avant que tu ne partes chez les moines, soit en sûr.

Occupe toi de notre maison en attendant. Ces deux jours que nous venons de vivre en nous installant, ont été merveilleux.
J'ai des projets plein la tête, j'ai surtout celui d'être toujours à tes cotés.

Je pense à toi.
Fabien, n'oublie pas que je t'aime, j'en ai mal parfois tellement je t'aime.

Je t'embrasse avec tout mon coeur.
Ta Noeline

Il lui répondrait dans la journée. Son petit pigeon gris savait toujours où la trouver, où qu'elle soit. Fabien alla ranger soigneusement la lettre de son aimée dans un petit coffre en bois, où il avait rangé toutes les autres. Bureau où il ferait mieux de s'atteler: il devait envoyer plusieures missives et devait préparer son prochain départ en retraite. De plus certains dossiers l'attendaient encore.



Il s'asseya sur la solide chaise de bois et y resta toute la journée. Les heures avaient passé et il fallait encore s'occuper d'Astir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noeline
Maitresse des lieux
avatar

Messages : 1771
Date d'inscription : 17/11/2008

MessageSujet: Re: La Rue de la Traverse   Ven 6 Mar - 21:33

*Noeline* a écrit:
Chargée de ses provisions, elle rentra chez elle avec appréhension toutefois. La maison était vide depuis le départ de Fabien et elle n’avait aucune envie d’y séjourner seule trop longtemps.

Heureusement, elle avait la compagnie de Zarka et la bête aimait retrouver sa maîtresse, elle restait plus volontiers quand Noeline était toute seule.
La partie sauvage était toujours très présente en elle, même si elle acceptait la présence de Fabien.

Les ingrédients s’étalèrent sur la grande table pour faire ses gâteaux et là, elle se rendit compte qu’il lui manquait des œufs … décidément ma pauvre fille … tu perds la tête … faut que j’aille voir si ma poule à pondu … Rien pas un œuf, cette bestiole n’a pas aimé le déménagement sans doute …, contrariée, elle bifurqua vers l’écurie.

*Noeline* a écrit:
Elle entra dans l’écurie et alla s’occuper d’Astir, elle prit la peine de lui parler comme le faisait son maître, elle le caressa longuement, prit une étrille
et le brossa doucement tout en lui murmurant des paroles rassurantes.
Elle posa sa tête sur le cou du cheval et le sentit frémir.

Mon bel Astir, accepterais tu que je te monte et qu’on aille faire une ballade tous les deux … je suis sûre que ça te fera du bien et …. à moi aussi.

Tu piaffes et moi je me languis … ton maître nous manque, faisons en sorte de faire passer le temps … Elle posa la selle, sangla
et sans brusquer l’animal le dirigea vers la porte, là elle posa un pied sur l’étrier et tout en guettant la réaction d’Astir se hissa sur son dos.

Là tout doux, tu es superbe, laisse toi faire, je t’en prie… n’ayant pas de réaction de refus, elle donna un léger coup dans le flanc et se pencha en avant … allons y mon vieux … faisons nous plaisir….

Elle partit vers le nord, en direction du cimetière, Astir semblait prêt à accélérer, elle relâcha la bride et s’élança au galop.

Sensation de plaisir et de liberté … la longue course s’arrêta à l’orée de la forêt, là elle permit à l’animal de souffler. Une tape amicale sur le col, un mot à son oreille …merci, Astir.

Le retour fut plus lent, elle obliqua et trouva la berge de la Jordanne, ils longèrent la rivière, le soleil déclinait déjà et les nuances orangées du ciel se mêlaient aux couleurs des montagnes lointaines.

Elle se perdit dans ses pensées, vers un seul être ….

Noeline a écrit:
Le soleil était déjà haut dans le ciel, lorsqu’elle se décida à ouvrir un œil. Elle s’étendit profitant de la largeur du lit pour elle toute seule … un bonheur de pouvoir se rependre de cette façon se dit elle.
Elle était chez elle, rien que cette idée la mettait de bonne humeur.

Aujourd’hui, elle avait prévu de s’occuper du jardin. Elle passa tout d’abord au marché vendre ses sacs de blé et ensuite se dirigea vers son échoppe.
Elle mit en route une tournée de pain, laissa la pâte gonfler dans le pétrin et rentra chez elle, elle reviendrait cuire sa fournée plus tard.

Le jardin lui tendait les bras, les carrés étaient déjà délimités mais il fallait encore bêcher et préparer la terre pour semer quelques plants tardifs avant l’hiver.
Elle enveloppa du regard l’ensemble du jardin, il serait magnifique lorsqu’elle aurait désherbé.

Elle s’arrêta de travailler lorsque le soleil fut au zénith, fit une pause pour aller cuire son pain et reprit sa tâche ardue après avoir manger un morceau assise sur les marches devant la maison.
Elle leva son visage vers le soleil et laissa les rayons lui caresser les joues. Ce bonheur là, elle s’en délectait toujours.

L’après midi, elle reprit son travail suant et peinant sous la chaleur mais s’entêta, elle avait encore à faire et voulait que tout soit en ordre pour le retour de Fabien.

Brusquement le manche céda sous l’effort et Noeline perdit l’équilibre emporté par l’élan. Elle s’étala parmi les herbes folles et roula sur le dos refusant de bouger, là dans l’herbe elle s’amusa à regarder les nuages, imaginant toutes sortes de formes qui défilaient au dessus de sa tête.

Elle ferma les yeux un instant, le visage de son bien aimé ne quittait pas ses pensées, elle sourit en imaginant leurs retrouvailles prochaines, elle savait aussi qu’il lui reprocherait sûrement d’avoir pris le risque de finir son voyage seule, elle aurait pu payer un lourd tribu pour cette erreur, d’ailleurs elle avait perdu près de 200 écus au total à cause de cet individu malfaisant.

Le soir tombait lorsqu’elle se décida enfin à se relever et à cesser son jardinage.
Un bain dans la Jordanne la rafraîchirait, elle sella Astir et partit vers la rivière avec de quoi se refaire une beauté dans sa besace.
Des plantes et des onguents pour se dorloter après cette journée harassante.

Noeline a écrit:
Une fois le jardin un peu nettoyé et désherbé, Noeline s’accorda un moment de détente, elle partit pour jouer avec Nata et Barakar au Pendu …




Deux jours qu’elle travaillait et elle avait besoin de se reposer un peu. Le temps passait tout de même, entre la maison, les promenades et ses nouvelles fonctions à la Chancellerie, elle n’avait pas vu les heures.

Elle revint du village alors que le ciel devenait orangé et eut envie de s’asseoir dehors, il faisait encore assez doux et les senteurs du soir montaient lentement de la terre.

Finalement, elle appréciait cette grande maison, elle y trouvait sa place doucement et le retour de Fab aiderait davantage à s’y sentir bien.

Son regard engloba le jardin qui s’étalait devant ses pieds, une légère brise vient lui caresser les cheveux comme une douce main aimante, elle voulu y voir un signe ...

Elle soupira et passa ses doigts dans le pelage de Zarka, couchée à ses pieds et veillant d’un œil sur la campagne alentour.

Noeline a écrit:
Noeline était restée sur le qui vive depuis deux jours et espérait que Fabien ne tarderai pas trop.

Un bruit dans l'entrée et là .... il était là ...enfin !
Elle se jetta dans ses bras, heureuse de le retrouver après tout ce temps.
Un long baiser, des murmures, ils se trouvaient l'un l'autre....

Mon Fabien ... tant de jours, tant de nuits , je ne sais plus vivre sans toi désormais ....

Elle cachait dans son dos, un paquet et lui tendit en souriant ...Tiens mon amour, c'est pour toi, j'ai trouvé cela à Montpensier et j'ai pensé que tu en aurais besoin si tu voyages un peu pour tes fonctions au Duché.



C'est un écritoire en bois d'aulne, fait par un menuisier que j'ai soigné d'un mal étrange et pour me remercier, il m'a demander de
choisir un objet dans son échoppe.... j'ai pensé à toi en voyant celà, tu pourras transporter facilement tes plumes et parchemins.

Fabien74 a écrit:
Sur les chemins, entre le monastère et Aurillac:

Fabien était sorti du monastère dans la soirée. Il avait hâte de retourner à Aurillac et de retrouver sa bien-aimée, qui se languissait de ne pas le voir, tout comme sa présence lui manquait à lui. Il prit la route du village et négocia un coin sur une charrette qui se dirigeait vers le bourg.
Le village en vue, il sauta de la cariole, après avoir remercié le paysan, et couru chez eux, pour retrouver Noeline.


91.5 rue de la Traverse:

Fabien traversa la cour à toute vitesse et, dans un fracas de baluchons, ouvrit la porte et se jeta dans les bras de sa dulcinée, qui l'attendait patiemment.

Mon amour!

Il la souleva et la fit tournoyer.

Tu es si belle! Que je suis heureux d'être rentré!

Noeline tendit à Fabien un paquet. Il le deballa vivement et y trouva un très bel écritoire en bois d'aulne, il contenait même des plumes et quelques parchemins!
Il embrassa longuement Noeline puis dit:


Mon amour, tu es vraiment celle qu'il me faut, tu as mon amour pour la vie, sois en sûre.

Il la regarda encore une fois puis afficha un large sourire, et finit par rire franchement!

Noeline a écrit:
Noeline reçu le sourire de Fabien en pleine figure, il rayonnait. Ces longues semaines n’avaient fait que renforcer leur désir d’être ensemble, le bonheur était si simple avec lui.


Tu es si belle! Que je suis heureux d'être rentré!
Mon amour, tu es vraiment celle qu'il me faut, tu as mon amour pour la vie, sois en sûre.


Les paroles de son compagnon réchauffèrent son cœur et elle ferma les yeux pour savourer cet instant précieux.

Fabien, que puis je ajouter à cela… tu me combles tu le sais.

Viens … le jardin t’attend, viens voir comme j’ai travaillé pour qu’il ressemble vraiment à un jardin à ton retour. Les soirées sont douces, nous pourrons nous y attarder si tu le veux.
J’ai tant de choses à te conter depuis ton départ, il va bien falloir la nuit pour y arriver.


S’accrochant à son bras, elle l’entraina vers le carré fleuri et verdoyant qui s’ouvrait devant la maison, heureuse comme une enfant à qui on vient d’offrir un présent, le temps n’existait plus.

Et toi … racontes moi tes jours au monastère … ont-ils été bénéfiques au moins ?
Non je plaisante, je me doute ... c'est sans doute enrichissant mais un peu frustrant malgré tout ...clin d’œil malicieux.

Fabien74 a écrit:
91.5 rue de la Traverse:

Ils se dirigèrent vers le jardin, main dans la main.
Noeline voulait lui faire la surprise.


Noeline! Mais tu as abattu un travail monstre! Que c'est beau!

Il déambulait entre les carrés de verdure.
L'odeur envoûtante des fleurs médicinales et des simples embaumait son esprit.


Noeline, je connaissais ton talent, mais à ce point, j'en suis abasourdi, je ne sais plus quoi dire!

Il rit.
Le couple s'installa près d'un séraphin en grès.


Comme je suis heureux d'être rentré.
***
Le monastère?
Et bien... Rien de bien intéressant... Si, la méditation. J'ai bien réfléchi à mon avenir, à notre avenir...
Et puis, j'ai surtout pensé à toi! Mais chut! Razz


Sur ces mots, il entraîna Noeline, courant entre les allées...

Noeline a écrit:
91.5 Rue de la Traverse

Quelques jours après les retrouvailles avec Fabien, Noeline étaient assise dans le jardin et réfléchissait. A Tout et à rien en fait, elle profitait du soleil encore un peu en cette fin de journée.
Elle était rentrée de la Chancellerie assez tôt, avait fait un détour par la Sauverie histoire de vérifier qu'aucun blessé ne s'était vidé de son sang devant la porte.... :? et était passée au marché pour chercher le col qu'elle avait commandé.
Elle déplorait juste de ne pas savoir à qu'elle heure Fabien allait rentrer.

Elle soupira, les prochaines semaines allaient être un peu difficiles pour eux, elle avait beau le savoir, ça ne changeait pas pour autant son état d'esprit. Il n'était pas aisé d'être la compagne d'un homme public. Fallait il qu'elle l'aime ...

Elle se resigna à rentrer et à faire le repas. Elle prépara la table comme si elle attendait des invités et plaça les plats au chaud. Tout était prêt, elle tournait en rond, elle n'y tint plus, attrapant une légère cape en passant, elle se dirigea vers l'écurie.

Astir, mon ami ... seriez vous disposé à m'emmener faire un tour dans la campagne ? J'apprécie grandement nos promenades, je tromperai mon ennui avec vous si vous le voulez bien.... elle sourit en s'entendant prononcer ses paroles .... Elle enfourcha sa monture et partit au galop vers la forêt.

Fabien74 a écrit:
91.5 rue de la Traverse:

Fabien rentrait enfin d'une dure journée de travail, la château, la Chancellerie, la messe, les missives à envoyer... Il ne savait plus où donner de la tête. Il passa le seuil, et d'ennivrantes odeurs le saisirent:
Noeline doit avoir fait le dîner, se dit-il.

Personne à la cuisine,

personne à l'étage,

personne au sous-sol,

personne au jardin...

Seul, il était seul.

Noeline a écrit:
De longues minutes à galoper à travers la campagne à la tombée du soir, déjà elle se sentait l'esprit plus dégagé. Chevaucher lui apportait chaque fois l'apaisement, c'est rejouie et sereine qu'elle rentra rue de la Traverse.

Elle s'occupa vite fait d'Astir et se dirigea vers la maison. Elle savait qu'il était rentré, son instinct lui disait.

Elle poussa la porte à la volée et vit Fabien qui semblait perdu tout seul au milieu de cette grande maison.

Son coeur fondit en le voyant .... Fabien je suis partie tromper mon ennui, je ne pensais pas que tu serais là, pardonnes moi. Viens j'ai préparé un repas de fête pour toi Elle le prit par la main et l'attira vers elle pour l'embrasser

Fabien74 a écrit:
91.5 rue de la Traverse:

Seul, perdu dans le hall de la grande maison.
Des bruits de pas dehors.
Une porte qui claque.


Citation :
Fabien je suis partie tromper mon ennui, je ne pensais pas que tu serais là, pardonnes moi. Viens j'ai préparé un repas de fête pour toi

Le bonheur qui réapparaît.
Une bonne soirée qui commence.
De l'amour par quintaux...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noeline
Maitresse des lieux
avatar

Messages : 1771
Date d'inscription : 17/11/2008

MessageSujet: Re: La Rue de la Traverse   Ven 6 Mar - 21:37

Noeline le 31 août 1456 a écrit:
Il savait lui rendre son sourire chaque fois.
Elle alla dans la cuisine et ramena ce qu'elle avait préparé.

Les chandeliers n'attendait qu'une flamme pour prendre lueur, la nappe brodée garnissait la longue table en bois, deux grandes assiètes étaient posées face à face.

Ils prirent place et mangèrent en se racontant leur journée.

La nuit tombait déjà.
Les murmures virent, les mains se melèrent, la nuit s'annonçait.

Fabien74 a écrit:
**********

Noeline a écrit:
Chez Fabien et Noeline - 91.5 Rue de la Traverse

Fabien était partit très tôt, elle l’avait à peine entrevu, sa main avait glissé vers lui mais le sommeil avait gagné, elle n’avait pas réussit à lutter, sombrant à nouveau dans ses rêves, restant seule dans ce lit devenu trop grand tout à coup. Il n’avait pas voulu la réveiller comme chaque fois.

Elle le savait fort occupé et aussi qu’il souffrait du manque de temps dont il disposait. Elle savourait d’autant plus les moments qu’ils passaient ensemble et rien ne lui ferait regretter son choix de partager la vie de cet homme si prévenant et aimant.

Pour une fois, le soleil était déjà haut lorsqu’elle mit un pied hors de sa couche. Mais depuis son réveil, elle était en transe. Elle nettoya la maison de haut en bas, ouvrant les coffres, les armoires, les bahuts … elle empilait, entassait, pliait, époussetait.
Elle déployait une énergie qu’elle avait rarement pour ce genre d’occupations.

Elle n’aurait su dire si son état était du à la cérémonie prévue le lendemain ou à l’arrivée de ses amis Livia et Reb. Reb qui ne devait pas venir et qui lui avait réservé la surprise, un pigeon l’avait prévenue de sa présence pour la journée, elle en était ravie. Livia qui venait s’installer au village, quel plaisir elle ressentait de savoir qu’elles seraient à nouveau réunies.

Elle commença à se préoccuper de la réception du lendemain, il fallait que tout soit parfait.
Elle tenait à ce que tout soit parfait. Il fallait préparer les mets et mettre les tonneaux en perce.
Chrys était son parrain, il ne s’agissait pas d’épargner le vin. Very Happy

Noeline a écrit:
Noeline s’éveilla de bonne heure comme souvent, elle aimait à l’aube naissante profiter des moments où le calme régnait encore sur le village.
Un regard attendrit vers son amant endormi, un baiser tendrement déposé sur son front et elle glissa hors du lit sans bruit.
Aujourd’hui était un jour particulier.
Elle allait recevoir le baptême et entrer dans la famille Aristotélicienne, la cérémonie allait être dirigée par Fabien, cela la rendait hautement nerveuse.

Une sorte de fébrilité accompagnait tous ses gestes, elle prépara le repas du matin et laissa échapper une marmite pleine d’eau sur la dalle de la cuisine, un bruit assourdissant retentit dans toute la maison.
Ouille ! Elle fronça le nez et tendit l’oreille, guettant une réaction de mécontentement de son compagnon très sûrement réveillé en sursaut.

Elle se faufila pour sortir sur la pointe des pieds, désireuse de se faire oublier rapidement en attendant de se faire pardonner plus tard par un baiser. Les bains l’attendaient.

Noeline a écrit:
Elle avait passé une partie de la journée à s’occuper d’elle-même, mais la fin de journée approchait et il fallait penser à préparer pour les invités.

Le temps permettrait sans doute de profiter un peu de la soirée dans le jardin. Elle installa les tables puis s’enferma dans la cuisine. Elle sortit sa batterie de cuisine et prépara les plats pour les convives.



Charcutailles, fromages, pain et vins étaient à l’honneur, elle ne souhaitait qu’une chose, que ces invités ne manquent de rien. Elle passa le reste de l'après midi à présenter les victuailles, toute contente de la soirée qui arrivait.





La suite serait installée juste avant son départ pour l'église, elle avait encore un peu de temps pour elle.

Noeline a écrit:
Elle se demandait ou était passée Livia car elle ne l’avait croisée de la journée. C’est vrai, qu’elle n’avait pas arrêté aujourd’hui mais son amie avait dormi chez elle et elle s’en voulait de ne pas être disponible pour être avec elle.

Fabien ne tarderait sans doute pas à rentrer, ce soir il devait tenir son rôle de diacre.

Elle continua fébrilement la mise en place de son banquet.

[/


La table était prête, tout était prêt en fait .... sauf elle :?

Kafer a écrit:
Kafer était arrivé à la réception dans les premiers . Il salua ses amis en leur réitérant ses félicitations et déposa sur la table une boite qu'il s'empressa d'ouvrir :

[URL=http://imageshack.us]


Je vous présente Rico et Riquette !

J'espère qu'il seront les géniteurs d'une basse cours prolifique et prospère .

Puis il félicita Noéline pour la magnificence de son buffet et le goût exquis de sa décoration .

Quel magnifique buffet ! Ces mets m'ont l'air délicieux !
Il se dirigea vers la table car il avait grand faim et grand soif , son voyage avait aiguisé ses appétits.......

Ulyceduel a écrit:
Ulyceduel, au bras de son tendre, souriait en voyant Rico et Riquette. Maintenant qu'elle avait retrouvé son bien aimé, elle ne le lachait plus.

Elle découvrit donc le magnifique buffet que Noé avait préparé. La cérémonie de son baptême avait été une réussite, et la suite s'annonçait sous les mêmes augures.

Ulyceduel embrassa son bien aimé et le laissa se restaurer...

Noeline a écrit:
Après la messe, Noeline reçu ses amis dans la grande maison qu’elle partageait avec Fabien, le Manoir disait il.

Elle s’empressa de compléter les tables enfin que nul ne manque de quoique ce soit, les convives arrivaient et Noeline avait à cœur de les recevoir avec générosité. Elle apporta différents plats avec des jambons, saucissons et fromages.
Ils avaient la chance de vivre en Auvergne, région qui regorgeait de richesses notamment culinaires.







Elle remercia Kafer pour son présent original. C’est une bonne idée Kafer, je te remercie, la poule que j’avais n’a pas bien supporté le dernier lancé de poules depuis elle boude et ne ponds plus ^^
Je suis ravie que tu sois arrivé en temps car je sais que tu viens de rentrer, j’apprécie. Et puis, tu as retrouvé ton Ulyce… Merci de ta présence Ulyce …

Par contre, excusez moi, je dois aller chercher du vin car certains ont soifs déjà … vous prendrez bien un verre avec moi, nous allons trinquer.


Elle disparu dans la pièce qui servait de garde manger et réapparu avec un plateau chargé de carafes et de verres.



Fabien74 a écrit:
Fabien n'avait pas été très présent ces derniers temps. Mais il était rentré depuis hier soir. Le baptême rondement mené, il rentrèrent chez eux avec Noeline, au Manoir. Elle avait beaucoup travaillé, et toute la maison était étincelante de propreté, et Fabien se demanda où Noeline avait été chercher autant d'énergie pour préparer autant de mets à l'air aussi savoureux les uns que les autres! Le lendemain il se prépara, alors qu'arrivaient les premiers invités. Il alla les acceuillir avec Noeline.
Tous deux s'étaient préparés pour l'occasion:

J'éspère que LJD Noeline ne m'en veut pas trop...:-)




Kafy! Ulyce! Quel plaisir de vous revoir après tout ce temps! Alors, le monastère?

Grimace.

Hum je comprends, je ne renchéris pas sur le sujet! Rires.

Kafer dépose une boîte sur la table, un cadeau disait-il. La boîte bougeait... Puis il en souleva le convercle... Deux groses poulettes en sortirent! Un coq et une poule! Voilà tout de bon pour commencer une basse cour! Rico et Riquette! Quels noms...originaux!
Fabien serra ses amis dans les bras.


Merci à vous pour ce beau cadeau, et pour votre présence surtout!
Et Noeline a raison, ne restez pas là, entrez prendre un verre et manger un morceau!


Fabien sourit.

Noeline a écrit:
Fabien74 a écrit:
J'éspère que LJD Noeline ne m'en veut pas trop...:-)
Very Happy Very Happy Very Happy LJD Fabien, tu ne vois pas mon sourire là ? t'inquiète pas tout va bien
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noeline
Maitresse des lieux
avatar

Messages : 1771
Date d'inscription : 17/11/2008

MessageSujet: Re: La Rue de la Traverse   Ven 6 Mar - 21:43

Zebracoq le 5 septembre 1456 a écrit:
Zebra ne pouvait rater un repas orgiaque. Il se mit lui aussi sur son 31.

Vêtu de son plus beau costume, il débarqua chez Fabien et Noéline, prêt à se jeter sur le premier buffet venu.


Hum...Bonjour, bonjour. C'est ici qu'on mange?



Noeline a écrit:
Zebracoq a écrit:
Hum...Bonjour, bonjour. C'est ici qu'on mange?

Noeline alla accueillir Zebra et l'entraina vers le buffet.

Viens Zebra, regardes toutes ces bonnes choses là ... hummm.
Vas y sers toi donc, un petit verre ?

Jimmy_3d a écrit:
129, Rue de la Traverse - Chez Océane

Après ma journée de duuuuurrrrr labeur, j'avais rejoint Océane chez elle afin de me préparer pour me rendre à la réception que donnait Noeline en l'honneur de son baptême.

Oceane m'attendais. Elle était prête et resplendissante.
Je m'étais endimanché après avoir fait quelques ablutions. Puis nous avons pris la direction du 91.5 Rue de la Traverse


91.5 Rue de la Traverse - Chez Noeline et Fabien

La porte était ouverte pour que les invités puissent aller et venir librement. Nous somme rentrés bras dessus-dessous avec Océane.

Bonsoir à tous !.

J'aperçus alors quelques unes de mes connaissances.

Uly ! Kafer, ca fait plaisir de vous revoir ! Comment allez-vous ?
Zebra ! ca m'aurait étonné, là ou il y a un buffet, Zebra s'y trouve Smile Et ton costume est Waow ! Très original, cela te va bien ^^


Puis nous nous sommes dirigés vers Noeline et Fabien afin de les féliciter, nous n'en avions pas eu le temps a l'église.

Toutes mes félicitations Noeline, tu étais très belle et très émouvante.
Fabien, tes cérémonies religieuses sont parfaites, bravo !


Je regardais alors la salle et le buffet, Noé avait abattu un travail de titan, la réception s'annonçait festive et gourmande.

Ulyceduel a écrit:
Ulyceduel lâche quelques instants la main de son Kiki pour aller faire un gros bisou à son parrain et à Jimmy.

Comme je suis contente de vous revoir tous Very Happy Je crois que je ne suis pas prête à retourner voir les nonnes de si tôt !

Puis Ulyceduel retourne près de son kiki qui lui a tant manqué

Natafael a écrit:
J’avais cherché longtemps ce que je pouvais offrir à ma filleule.
Il lui fallait quelque chose de beau et d’utile

Fabien la gâtait déjà avec amour

Après de longues minutes de réflexion, j’ai pensé à Noé aimant tant son jardin, ses simples et plantes

Je voulais donc lui trouvé un petit nécessaire de jardinage qu’elle pourrait suspendre au mur de son jardin.

Un forgeron fort habile travailla le fer afin de confectionner quelques outils.
Je lui avais demandé de ne pas les faire trop lourd ni trop gros pour les jolies mains de Noé.

Je suis donc repassée chez moi après la cérémonie pour aller chercher mon petit cadeau.

Une fois dans la rue de la Traverse, je voyais déjà les invités entrer dans la maison de Noé et Fabien.

J’entre à mon tour en saluant les personnes présentes.
Je félicite au passage Zebra qui avait mit une superbe tenue pour l'occasion.

Zebra, tu me donneras l'adresse de ton tailleur, j'adore ce tissu!

Puis je suis aller faire un gros bisou à mon filleul et Ulyce.
Bonjour vous deux, heureuse de vous revoir, ça faisait si longtemps!


Noéline avait tout préparé ! Un magnifique buffet, des tables sur lesquelles reposaient nourritures et boissons.
Je m’approche de ma Filleule et la serre dans mes bras.

Tu es radieuse ! Encore félicitations et merci de m’avoir choisi pour Marraine.

Je lui souris et lui tend un paquet enrubanné

Tiens ma belle, Je sais que Fab te couvrent de robes et de fleurs ou de jolis présents,
alors je me suis dis que quelque chose d’utile pour ton jardin te ferais plaisir.
Tu es comme moi, tu aimes les fleurs et la nature, alors, voici de quoi les chouchouter !



Pendant que Noé ouvre son cadeau, je regarde Fab et lui dit en riant
Alors mon Fab, tu vas laisser la marraine de ta douce Noé se déssecher ? 😉 Tu veux bien m’offrir un verre de vin s’il te plait.

Oceane. a écrit:
[129, Rue de la Traverse - Chez Océane]

Elle s'était preparé en l'absence de son homme qui travaillait encore. Il arrive se prepare et prirent tous deux la route pour la petite festivité de chez Noeline.

[91.5 Rue de la Traverse - Chez Noeline et Fabien ]

Arrivant devant la demeure, quelques eclats de rire des voix s'elevants... ils entrerent tous deux dans la demeure.

Saluant les personnes presentes, se rendant alors aupres de Noeline pour la féliciter.

Zebracoq a écrit:
Noeline vint accueillir Zebra et lui indiqua l'endroit où se trouvait le buffet. Il la remercia en lui offrant son plus beau sourire, découvrant des dents entre lesquelles quelques résidus de feuilles de chou subsistaient. Zebra avait pris la peine de se nourrir avant de venir au cas ou. Mais à la vue des victuailles qui se présentaient, son appétit en fut décuplé.

Merci Noéline.

Il se servit un peu de tout dans la plus grande des assiettes qu'il trouva. Du saucisson, du pâté, du saucisson, du fromage, du saucisson, du pain, du saucisson et encore un saucisson. Ce n'était qu'un début.

L'esprit concentré sur ce qu'il avait à faire, Jimmy se permit de venir lui parler de son nouveau costume. Pfff... Il y a vraiment des gens qui ne comprennent pas qu'il existe des choses plus importantes que de parler.


Mon Costume? Ah! Oui. Merci.

Quel toupet. Zebra sourit tout de même par politesse. Il aimait bien Jimmy, mais pas pendant les repas. C'était trop sérieux.
Zebra engouffra une première tranche de saucisson sans prendre la peine de mâcher. Il se dit tout de même qu'il serait bon de boire un petit quelque chose pour faire passer. N'importe quoi ferait l'affaire. Il repéra une petite table sur laquelle était disposée toute une série de carafes devant renfermer quelques vins délicats. Peu importait la qualité, il se servit un verre et but cul sec.


Fameux.

Puis il replongea le nez dans son assiette sans remarquer le couple de volatiles qui picorait autour de lui. Par contre, une autre personne eut l'audace de l'interrompre une nouvelle fois. Il releva la tête, la bouche pleine de....saucissons aux parfums différents.
Nata lui faisait des compliments sur sa tenue. « Mais qu'est-ce qu'ils ont ces Maréchaux? De vrais lèches bottes » se dit Zebra. Tout ça pour lui piquer sa nourriture à n'en pas douter.


Merchi Nata. My taylor ich rich. N'esche pas?
Tu permets, che finit mon achiette et che chuis à toi.


Quand Zebra parlait de finir son assiette, il pensait aux assiettes. Car d'autres allaient certainement apparaitre à un moment ou un autre dans une de ses mains. Surement!

Noeline a écrit:
Noeline embrassa Océane qui arrivait les rejoindre, la remercia de sa venue et sourit à Natafael qui passait la porte au même moment.

Tu es radieuse ! Encore félicitations et merci de m’avoir choisi pour Marraine.

Nata, je t'ai déjà dit que c'est moi qui vous remercie toi et Chrys, je ne pouvais mieux tomber.

Elle prit le paquet que Nata lui tendait et découvrir un magnifique ensemble pour le jardinage, un bel ouvrage utile et décoratif.

Tiens ma belle, Je sais que Fab te couvrent de robes et de fleurs ou de jolis présents,
alors je me suis dis que quelque chose d’utile pour ton jardin te ferais plaisir.
Tu es comme moi, tu aimes les fleurs et la nature, alors, voici de quoi les chouchouter !


Merci, Nata, c'est une idée magnifique que tu as eut, oui vraiment. C'est vrai que j'aime mon jardin et que je m'efforce de le rendre beau.

Elle serra Nata dans ses bras et l'invita à aller se servir en l'accompagnant au buffet. Elles retrouvèrent Zebra qui faisait honneur à tous les plats et arrosait le tout copieusement du vin qui était à disposition sur la table.

Noeline rit en voyant la mine réjouie de celui ci ... tu sais Zébra, j'ai fait à manger suffisament je crois, prends ton temps, il ne faudrait pas que tu t'étrangles ...

Noeline a écrit:
Quelques jours plus tard, Noeline prit le temps de rédiger un petit parchemin de remerciements. Le baptême, la réception, tout était maintenant terminé, il ne restait plus qu’à remettre les choses en ordre dans la maison.

Elle s’installa devant le petit secrétaire qu’elle s’était offert pour pouvoir travailler chez elle depuis qu’elle avait pris ses fonctions autant à la mairie, qu’à la chancellerie, plaça face à elle, quelques parchemins et écrivit

[rp]Chers Amis

Votre présence Jeudi dernier à l’église m’a beaucoup touchée. Comme vous l’avez sans doute remarqué cette cérémonie était très émouvante pour moi, il n’est pas ordinaire de recevoir le baptême sous l’office de l’homme qu’on aime plus que tout.
Je vous remercie de m’avoir accompagnée dans ma démarche et suis particulièrement heureuse d’avoir partagé ma joie avec vous tous.

Je vous embrasse tous bien fort.
Noeline[/rp]


Une volée de pigeons partit dans toutes les directions du village.
Elle replia son écritoire, satisfaite d’avoir prit le temps d’envoyer ces quelques missives.

Noeline a écrit:
[91.5 Rue de la Traverse]


Un matin frileux sur Aurillac


Elle se réveilla glacée dans son lit. Le froid s’abattait sur l’Auvergne et l’automne s’annonçait lentement.
Instinctivement, sa main chercha la chaleur d’un corps qu’elle avait prit l’habitude de sentir près d’elle chaque nuit, elle tâtonna et ne trouva qu’une place vide, froide.
Il était repartit. Elle sourit malgré tout en pensant à ces derniers jours, si complices.

Elle avait veillé tard la veille au soir, terminant un travail pour le vice chambellan, finissant même par s’endormir la tête dans son bras sur son bureau.
Des idées, elle n’en manquait pas, leur réalisation serait sans doute compliquée. Peu importait.
Elle s’était retrouvée en pleine nuit, endolorie par la mauvaise posture et transie, avait trouvé le lit à tâtons dans le noir et s’était laissée emporter par de doux rêves.

Au petit jour, elle arriva dans la grande salle, ravivant les dernières braises de la nuit, la chaleur d’une flambée lui ferait le plus grand bien.
Dehors, tout semblait figé encore, la campagne aussi se réveillait. Elle aimait aussi ces matins calmes et solitaires de temps en temps.

Un pigeon arriva toquant à la fenêtre, celui d’une amie lointaine qui faisait route vers Aurillac. Elle s’en réjouit, espérant qu’elle ne tarderait pas trop.
Dommage, elle aurait aimé lui présenter Fabien.

Un autre pigeon faillit s’écraser contre la porte qu’elle venait de refermer, une mauvaise nouvelle, un homme s’était fait attaquer et avait besoin d’aide.
Fallait il le retrouver à la Sauverie ? Ou bien était il laissé pour mort quelque part sur une route qui mène au village ?

Trop peu d’information, elle enfila sa houppelande, ajusta son col, siffla Zarka et claqua la porte derrière elle, partant à la recherche du blessé.

Noeline a écrit:
[ Chez un paysan d'Aurillac ]

Un soir en rentrant de la mairie, Noeline se rendit chez un paysan à la sortie du village. Elle avait rencontré l’homme quelques jours avant sur le marché. Ils s’étaient entendus.
C’était décidé, aujourd’hui, elle allait se faire un grand plaisir Les écus tintaient dans sa poche, elle serra la main sur la bourse avec le sourire.

Frappant à la porte, elle attendit et dévisagea l’homme en silence lorsqu’il apparu.
Elle le salua d’un mouvement de tête et lui rappela les termes de leur arrangement. Celui ci acquiesça et lui fit signe de le suivre.
La grange était sombre mais elle distingua de suite ce qu’elle était venue chercher, une jeune pouliche fringante et vive.
Elle tendit la main, ressentit le contact du nez humide puis caressa lentement la tête de l’animal méfiant.

[Au 91.5 Rue de la Traverse ]

De retour à la maison, elle emmena la pouliche à l’écurie et l’enferma dans la stalle à coté de celle d’Astir.
Fab n’était pas encore rentré avec son cheval, elle n’eut pas à rassurer la jeune jument. Le contact se ferait plus tard.

Après avoir rempli l’auge d’avoine et répandu un peu de paille par terre, elle rentra pour préparer un repas.
L’heure était déjà tardive et rien n’était près.
Elle avait hâte de montrer son acquisition a son homme dès qu’il aurait un peu de temps et surtout, il lui fallait trouver un nom pour cette superbe créature.

Noeline a écrit:
[ 91.5 Rue de la Traverse - Dans le Jardin ]

Le matin suivant, elle se leva avec un sourire au coin des lèvres.
S’habillant prestement, elle descendit dans le jardin pour y chercher quelques herbes aromatiques, un besoin de préparer un petit plat sans doute … une envie de remplir la maison de bonnes odeurs de cuisine.
Un adage que lui avait souvent dit sa grand-mère, Noeline la cuisine c’est comme l’amour, tu donnes ce que tu as de meilleur pour le faire, elle sourit a cette pensée, c’était sans doute vrai, la vieille femme s’avait de quoi elle parlait assurément.

Elle récolta du persil, du cerfeuil, des petits oignons tout ronds, et cueilli en passant quelques brins de ciboulette toute fine.

Je sais …. je vais l’appeler Ciboulette, elle a la même finesse et fragilité. Elle venait de trouver un nom pour sa jument. Astir et Ciboulette …. Ça sonnait très bien à ses oreilles.

Noeline a écrit:
[ 91.5 rue de la Traverse ]


Elle était rentrée de la chancellerie tôt ce jour là, une petite journée sans vraiment beaucoup à faire, juste la rencontre avec son homologue, enfin !
Elle rentra, alluma un feu dans la cheminée, grignota un morceau en attendant que la chaleur se répande un peu partout.

Le soir déclinait et elle pensa à allumer les lanternes dehors, mais le jour n'était pas encore si faible ... soudainement, elle eut envie de sortir, malgré le froid et la nuit, une chevauchée la tentait.

Elle changea de vêtements, délaissant sa robe pour des braies plus adaptées pour monter à cheval. Elle jeta une cape sur ses épaules et sortit vers l'écurie.

Ciboulette n'avait pas souvent été montée, Noeline se rendit compte qu'elle prennait des risques énormes, la pouliche pouvait avoir des réactions trop vives et incontrôlables mais elle ne pu résister à la tentation. Elle pensait qu'elle saurait maitriser le jeune animal cependant.

D'un pas décidé, elle arriva à l'écurie, sella Ciboulette et se hissa dessus.
Rien de dangereux ne se passa, elle donna un coup de botte dans le flan et partit vers la Jordanne, tout d'abord doucement puis prennant de l'allure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noeline
Maitresse des lieux
avatar

Messages : 1771
Date d'inscription : 17/11/2008

MessageSujet: Re: La Rue de la Traverse   Ven 6 Mar - 21:47

Jimmy_3d le 1er octobre 1456 a écrit:
[rp]01 Octobre 1456
91,5 Rue de la Traverse - Devant chez Noéline et Fabien[/rp]

Je me rendais chez Noéline en compagnie d'Océane afin de voir si elle était là.
Nous ne l'avions pas vu depuis un petit bout de temps, elle était peut être devant ses fourneaux ou dans son jardin. Il fallait vérifier car ses amis se faisaient du soucis.
Tani était aller voir à la Sauverie, nous espérions qu'elle la trouverait là bas.

En arrivant devant chez elle, nous avons sonner la cloche qui se trouvait sur le pilier soutenant la grille en fer forgé.
Nous avons attendu quelques minutes, personne ne vint ouvrir. La grille était fermée.

Bon qu'est ce qu'on fait ? Si on contournait la maison, en passant par le bosquet derrière chez eux, on aurait une vue sur le jardin et les écuries.

D'un commun accord, nous sommes donc passés par l'arrière de la maison, longeant le mur d'enceinte qui était plus haut que nous...

Bon le mur est un peu haut mais je vais te faire la courte échelle, et puis tu me dira ce que tu vois d'accord ?[/rp]

Oceane. a écrit:
[rp]01 Octobre 1456
91,5 Rue de la Traverse - Devant chez Noéline et Fabien[/rp]

Alors que Tani se rendait à la Sauverie, Jim et Océ se rendent chez Noéline. Personne ne repondait. Contournant la batisse, il était impossible d'apercevoir Noéline, le mur bien trop haut.
Bon le mur est un peu haut mais je vais te faire la courte échelle, et puis tu me diras ce que tu vois d'accord ?
Tres bien mon coeur!
Prenant appuie, elle parvint à se hisser sur le mur grace à son aimé. Elle regard alors. Une vue imprenable de son jardin, personne ne s'y trouvant.

Apparement y a personne mon coeur dans le jardin, je longe un peu...

Longeant le mur, elle reussit à voir une ecurie...mais bien trop loin et sombre pour voir quoique ce soit.

Mon coeur, je descends, t'inquiéte pas je reviens tres vite.

Ni une ni deux, elle s'agrippe au mur et descend se retrouvant dans le jardin de Noe et Fab. Elle se dirige tout d'abord à l'arriere de la batisse, la porte était fermée, regardant à travers la fenetre personne...
Océane se dirige donc vers les ecuries, penetre...
Noé tu es là? C'est Océane!!

Regardant alors dans les boxes, Océ se rendit compte que Ciboulette manquait... Noé était donc partie faire une ballade mais où... L'inquiétude commencait à s'emparer d'Océ, restait encore l'espoir qu'elle se trouvait à la Sauverie.
Vite prevenir Jim et les autres...
Elle traverse le jardin; prend l'echelle et y grimpe pour regagner le mur...

Une fois sur le mur, elle regarde son doux.
Recoucou, je te rejoints!

Elle prend position pour descendre et se retrouve dans les bras de son doux.
Mon coeur, tout est fermé et manque Ciboulette aussi...Elle a du partir faire une ballade avec lui... On va prevenir Tani... peut etre qu'elle a eu plus de chance que nous...

Noeline a écrit:
Noeline s'eveilla au son du feu qui crépite dans la cheminée, elle s'étira et sourit en voyant que Fabien avait déjà pris soin de réchauffer la pièce.
Il faisait suffisament bon dans la chambre, ils avaient la chance d'avoir des cheminées partout, la maison était agréable à vivre.

Bonjour mon Fabien ... elle se leva et alla le rejoindre devant l'âtre , se blotissant entre ses bras pour l'embrasser.
Hummm, il fait bon ici ... j'ai toujours un peu mal à la tête mais je vais me faire une infusion de sauge je pense que ça va m'aider.
Que dirais tu d'aller à la messe à Clermont ? Tani et Jimmy vont y aller je crois bien, alors si tu ne viens pas je pars avec eux


Elle sourit, il avait l'air hésitant ... tu as peut être encore du travail ... fait comme il te semble, tu as le temps d'y réfléchir, je vais me préparer avant tout.

Elle s'arracha à l'étreinte de son bien aimé et fila vers la cuisine .... tu veux manger quelque chose ? sa voix se perdait déjà dans le couloir ... elle avait retrouvé sa forme et sa bonne humeur.

Fabien74 a écrit:
Plus tôt dans la matinée, 91.5 rue de la Traverse:

Une douce chaleur l'envahissait.
Quelle belle nuit il avait passé... Trop courte, ça oui...
Il se leva et alla se poser devant l'âtre, replié sur lui même, il observait lees quelques braises survivantes, la faible lueur éclairant son torse nu. Il pensait. Il se demandait pourquoi tant d'acharnement de la part de certaines personnes... Pourtant il n'avait pas l'impression d'être un mauvais Chambellan, ni un mauvais Conseiller. Mais enfin, il ne fallait pas se torturer avec ça.


..........

Noeline vînt le rejoindre.

Mon amour, tu as bien dormi?
Je suis heureux que tu te réveille si tôt! C'est jour de mese aujourd'hui! J'aimerais partager ce moment avec toi.
Bien sûr que je t'accompagnerai, comment peux-tu penser le contraire!


...

Manger un bout? Oui, ça me va!

Et le voilà qui se lève d'un bond et qui court vers la cuisine. D'en bas il crie:

Reste couchée! Je reviens avec ce qu'il faut!

Noeline a écrit:
Oui la nuit avait été courte, les absences de Fabien n'avaient pas que des désavantages, chaque moment de leur retrouvailles étaient si doux, quel plaisir.

Reste couchée! Je reviens avec ce qu'il faut!

Elle sourit ... ah bon je retourne au lit alors 😉

Elle se glissa sous les couvertures et apprécia la chaleur de l'endroit. Elle avait l'impression que Fabien était préoccupé, mais il était déjà parti chercher de quoi se restaurer un peu.

Lorsqu'ils aurait pris leur repas, ils iraient à la messe tous les deux, à Aurillac avait dit Fabien, pas à Clermont comme elle croyait 😉

Fabien74 a écrit:
Après un frugal petit-déjeuner, le couple se prépara et se rendit à l'église.

HRP/ Désolé de mon post assez succint...^^ /HRP

Fabien74 a écrit:
91.5 rue de la Traverse:

Fabien s'était levé tôt ce matin, il avait veillé à ne pas réveiller Noeline, il était descendu à la cuisine et avait mangé rapidement.
Puis il se rendit à la grange d'Astir.


Huuuuu! fit l'animal.

Doucement mon beau...

Il lui caressa le front.

On va faire une petite ballade toi et moi. Sois tranquille. Si tu savais ce que je prépare, tu serais moins récalcitrant.

Il attacha la petite charette au cheval de trait puis s'en alla dans la brume matinale. Personne ne devait le voir... Il prît la route du Puy Courny.

Noeline a écrit:
91.5 Rue de la Traverse, [ au petit jour]


Noeline grogna dans son sommeil, elle sentit une présence glacée contre elle qui la réveilla d’un coup.

Hummmph, Fab ! Tu es gelé ! Mais qu’est ce que tu as fait pour être tout froid comme ça ?D'où viens tu ? Rassures moi, tu ne travailles pas la nuit j'espère ?

Elle se rapprocha malgré tout, viens là … que je te réchauffe, murmura t’elle espiègle …. Elle l’entoura de ses bras et se pelotonna contre lui en l'embrassant…. que c’est bon de t’avoir de nouveau à la maison, mon Fabien.

Ils restèrent un moment ainsi, il va falloir que j’aille faire du pain ce matin, je devrais déjà être au fournil.
Elle voulu quitter les bras de son bien aimé mais n’eut pas la volonté, j’irai plus tard …je suis trop bien là, elle lui sourit.

Fabien74 a écrit:
91.5 rue de la Traverse:

********************

Oui mon amour, réchauffe moi, avant que je ne me transforme en glaçon!

Il rit et essaya de saucissonner Noeline dans le drap.
Quel bonheur cette matinée passée à paresser.
Et qui plus est avec celle qui partagerai ses jours et ses nuits, jusqu'au bout...peut-être.
Au bout d'une heure dans les bras l'un de l'autre, Fabien dit:


Mon coeur, nous ferions peut-être mieux de nous préparer non?

Il brulait d'envie de tout dévoiler à Noeline, mais il devait se retenir, sinon l'effet de surprise allait être gâché...
Ils se levèrent donc. Alors que Noeline étaient occupée à sa toilette, Fabien descendit directement à la cuisine, se passa un peu d'eau fraîche sur le visage, et se rendit dans la grange d'Astir, il avait envie de se vêtir simplement, loin des costumes qu'il devait porter au château.
Et il gardait toujours une tenue usuelle dans la grange, pour les travaux des champs, ou autre.


Huuuuu! fit Astir.

Oui mon beau, doucement, tu vas bientôt pouvoir sortir.

Il passa une chemise de bure beige puis un gilet en cuir marron. Il enfila ensuite ses simples braies, ses chausses, et passa négligeamment une main dans ses cheveux.
Il rejoignit alors Noeline au manoir.


Mon amour, quel est le programme de ce matin?
Jardin? Château? Institut? Chancellerie?
...

J'ai une meilleure idée! Mange un petit bout et suis moi!


Il jeta un rapide coup d'oeil à Noeline.

Euh, en fait, va enfiler des vêtements plus confortables plutôt! Avec lesquels tu pourras aisément chevaucher.

Il rit.

Je t'attends devant la grange des chevaux!

Et il s'en alla en direction de la grange, pour seller Astir et la jeune Ciboulette...

Noeline a écrit:
Noeline ne cacha pas sa surprise, Fabien prenait son temps aujourd’hui, elle le regarda d’un air soupçonneux. Ils avaient traîné sous les draps, rit, chahuté, profité l’un de l’autre, des jours que ça n’était pas arrivé.

Dis moi toi, que me caches tu ? Et pourquoi veux tu me faire chevaucher, tu sais ma récente chute m’a quelque peu refroidi si je puis dire …

Devant la mine souriante de Fab, elle fut néanmoins obligée de rire elle aussi et céda à sa demande, la boulangerie, et autres obligations attendraient. Tani trouverait sans doute que remonter si tôt à cheval était pure folie mais tant pis.

Mettre une tenue confortable, le retrouver devant la grange, sans doute avait il envie de chevaucher dans la campagne en sa compagnie, il est vrai qu’ils n’avaient pas fait de promenades tous les deux depuis le début de l’été.

J’arrive mon cœur, je cherche des braies et j’enfile mes bottes, ça ira je suppose comme tenue ?

Elle attrapa sa nouvelle cape en passant et s’enroula dedans, satisfaite de l’avoir pour les matins un peu frileux qui s’annonçaient depuis peu.

Claquant la porte de la maison, elle prit soin de chercher Zarka des yeux mais la louve était déjà partie vers la forêt, elle la vit disparaître au coin d’un bosquet d’arbres. Elle espérait juste que l’embardée de l’autre jour ne se renouvellerai pas.

Elle alla le rejoindre dans la grange des chevaux, Astir et Ciboulette étaient sellés, Fabien attendait radieux.

Me voilà je suis prête mon amour, je te suis, alors où veux tu m’emmener ?

Fabien74 a écrit:
91.5 rue de la Traverse:

Où est-ce que je veux t'emmener?
Et bien... C'est une surprise! Tiens prends ce bandeau, et bande toi les yeux!


Regard perplexe.

Non non, je plaisante! Je te vois mal chevaucher les yeux bandés!

Il rit.

Non, non, suis moi! Un petit indice: ça commence par "P" et ça se termine par "uy Courny"...

Et ils partirent vers le Puy Courny.

Noeline a écrit:
La journée s’annonçait belle et radieuse comme l’esprit de Noeline.

Ils étaient rentrés de leur promenade au Puy Corny assez tard dans la soirée, Fabien une fois de plus avait surpris la jeune femme.
Elle savait son désir de l’épouser il est vrai, mais tout s’annonçait si vite, il avait déjà tout prévu, tout pensé.
Elle était ravie, il lui apportait la sérénité, sa tendresse, son amour et au fil des mois passés aucune ombre n’avait assombri le tableau, l’avenir ne pouvait être que prometteur à ses cotés.

Ils avaient pris un léger souper et avaient commencé à préparer les invitations, les affiches devaient être posées sans attendre, la date de la cérémonie étant assez proche.
Il y avait tant à faire encore, préparer la maison, le banquet, la cérémonie, prévenir leurs amis et connaissances, trouver des vêtements pour la circonstance ….

Tout en cherchant des parchemins, elle ne faisait que tourner la bague autour de son doigt, jouant avec, le contact était nouveau pour elle et elle la trouvait si jolie.
Elle s’amusait à tendre la main devant elle et l’admirait avant de replonger le nez dans les écrits.

Fabien remarqua son manège et rit de la voir, elle lui fit un clin d’œil et lui susurra quelques mots complices à l’oreille.

Noeline adorait ces moments où ils bâtissaient leurs projets tous les deux à la lueur des bougies, leurs yeux tombaient de sommeil mais leur bonheur éclatait.

Ce matin, elle se sentait légère, belle et comblée, elle aurait du mal aujourd’hui à avancer dans ces dossiers, son esprit était ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noeline
Maitresse des lieux
avatar

Messages : 1771
Date d'inscription : 17/11/2008

MessageSujet: Re: La Rue de la Traverse   Ven 6 Mar - 21:50

Noeline a écrit:
Une fois de plus, Noeline sourit dès son réveil.
Comment pourrait elle se passer de la présence de Fabien désormais … jamais, elle en était plus que certaine, c’était lui, juste lui et à jamais.

Il n’était pas parfait, personne ne l’était d’ailleurs, la passion qu’il avait pour son travail, la politique, les affaires du Duché l’éloignait trop souvent de la maison, d’elle-même et parfois Noeline en ressentait un peu d’agacement, comme un sentiment de frustration, elle n’aimait pas toujours cela.
Elle ne comprenait pas non plus que l'on puisse trouver du plaisir dans la politique, ce n'était qu'agressions verbales et bassesses en tous genres ... elle préferait l'ombre.

Mais il était ainsi, c’était ce Fabien là dont elle était tombée amoureuse, qu’il ne change pas surtout, se dit elle. Et puis il y avait tant de raisons de l’aimer aussi ….

Elle se leva et trouva un mot de son bien aimé déjà parti mais lui annonçant une nouvelle qui lui mit du baume au cœur.
Elle s’habilla en hâte et alla rendre visite à l’homme dont elle s’était occupée à la Sauverie, ensuite elle reviendrait bien vite pour préparer ses malles.
Rien ne la mettait plus en forme qu’un voyage, qui plus est avec l’homme de sa vie.

Une heure à la Sauverie et elle était déjà de retour. Elle devait passer prévenir Tani de surveiller son blessé, elle espérait qu’elle aurait le temps, s’occuper des affaires courantes, de la maison et autres choses,
demander gentiment à Francine de soigner les poules, accepterait elle ? sûrement si c’était pour son diacre.

Ciboulette serait elle prête pour un tel voyage ou devrait elle monter derrière Fabien ? Combien de jours seraient ils partis ?
Que de questions sans réponses, trop se dit elle. Tu deviens trop exigeante Noeline rien n’a tant d’importance.
Elle descendit au jardin, nul doute qu’un peu d’exercice lui permettrait de se détendre avant le départ.

Fabien74 le 13 octobre 1456 a écrit:
91.5 rue de la Traverse:

Fabien revînt d'une journée éreintante au Conseil. En plus c'était période d'élections, et certains de ses détracteurs déployaient des trésors de perfidie pour mettre au plus bas de personnes volontaires s'investissant pour leur Duché. Il arriva devant la maison, il entra, et ne trouva personne, il alla donc préparer quelques affaires et sceller Astir, il se demanda si Noeline prendrait Ciboulette.
Il décida de partir à sa recherche. Il rentra.


Noeline! Noeline! Tu es là?

Aucune réponse...

Mon amour? Réponds moi!

Regard inquiet.

...

Ah mais! Etait-il bête!
Il courut vers le jardin.
Noeline jardinait.


Mon amour il est l'heure de partir, tu viens?

Il la prît dans ses bras et l'embrassa.
Puis il traversèrent la maison, fermeèrent la porte à l'aide de la grosse clef, montèrent à cheval et partirent vers Murat dans un flot de poussière...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noeline
Maitresse des lieux
avatar

Messages : 1771
Date d'inscription : 17/11/2008

MessageSujet: Re: La Rue de la Traverse   Ven 6 Mar - 21:51

Zebracoq a écrit:
25 oct 1456

5 Rue de la Traverse

Zebra arriva le premier pour les festivités culinaires. Occasion à ne pas louper.
Un Mariage était un souvenir à honorer. Surtout le repas!


Toc! Toc! Toc! Y'a quelqu'un? Francine?

Noeline a écrit:
( on continue sur le Topic Archeveché Zebra ^^ A la suite du mariage )

Noeline a écrit:
Plus d’une semaine maintenant qu’ils avaient prononcés le « oui « magique. Noeline se sentait toujours sur un nuage coloré d’un rose tendre…

Leurs invités étaient repartis, lentement, certains s’attardant plus que d’autres autour du buffet et des tonneaux mis en perce pour l’occasion.

Francine était revenue aider à tout ranger, Noeline ne savait toujours pas comment l’amadouer mais elle appréciait tout de même son dévouement.
La bonne du Diacre allait partir quand la jeune mariée eut une idée qu’elle espérait positive.

Francine ? Attendez …. Je …. Heu … Merci pour tout …. Je suis très touchée que vous soyez venue nous aider Fabien et moi … c’est gentil … souffla t’elle.

La paysanne bourrue se planta devant Noeline et marmonna quelques mots à peine audibles.
Oui bon ben faut qu’j’y aille là …vous m’retardez là avec vos beaux discours … z’êtes mariée, ben tant mieux pour vous …prenez en soin d’mon diacre là … z’aurez a faire à moi sinon ….

Noeline se mordit les lèvres, hésita puis enchaina,
Francine …. Attendez je voulais vous donner ça, c’est pour vous, je l’ai acheté pour vous à Montbrisson, en même temps que ma robe … tenez ….

Elle lui tendit une étole d’un rouge brun en velours ras, tentant un sourire un peu pincé.
Elle lu la surprise dans les yeux de Francine, sûrement, elle n’avait pas pensé que Noeline serait capable d’un geste vers elle.
Elle prit le châle et dans son regard enfin, il y eut une lueur.

Ne sachant quoi dire, elle se contenta d’un merci Dame Noeline, attrapa son mantel et sortit esquissant un maigre sourire.

Noeline soupira se demandant si elle avait un peu avançé où non.

--Francine a écrit:
En sortant du 91.5, Francine pensait...

Qu'est-ce qu'elle cherche à s'faire pardonner la Dame là... On m'achète point avec d'belles étoffes... Même si...

Petite lueur dans les yeux. Elle pensait déjà à porter son nouveau châle à la messe de Dimanche.

--Votre_Pote_Iron a écrit:
Iron passa dans cette rue pour l’Halloween, il déposa ces petites citrouilles devant chaque porte.
Arrivé au bout de la rue, il lança une poignée de friandises et s’enfuit dans la rue suivante…




Noeline a écrit:
Ils discutaient devant la cheminée, assis au coin de l'âtre, le temps dehors était sinistre et en cette veille de Toussaint, ils n'avaient pas eut envie de trop trainer en taverne préférant le confort douillet de leur maison. Ils étaient rentrés depuis peu, se rechauffant un peu avant d'aller se glisser dans leurs draps.

Un bruit dehors fit bouger Noeline qui leva les lourdes tentures protégeant les fenêtres. Rien.
Elle revient vers Fabien puis se ravisa, bifurquant vers la porte d'entrée.

Elle entrouvit et trouva devant ses pieds une citrouille.
Tiens donc ... une soupe à la citrouille demain ... pourquoi pas ou alors une tarte au potiron .... elle emporta l'énorme légume à la cuisine et revint raconter sa trouvaille à son homme.

Fab devait partir le lendemain pour le monastère, elle avait envie d'arrêter le temps, il lui semblait que plus elle parlait, plus il s'allongerait.
Il s'en amusa puis lui tendit la main et l'entraina vers une douce nuit.

Noeline a écrit:
Le chant d’un coq réveilla Noeline à l’aube, ou peut être était ce des ronflements ……elle n’aurait su le dire Very Happy
Elle avait une sérieuse migraine, des moments un peu trop arrosés la veille sans doute, elle avait traîné un peu en taverne heureuse de retrouver Nata, devenue rare depuis quelques temps, Magic et son ami Le Nain.

Fabien dormait profondément, il n’avait pas abusé lui pourtant. Elle avait toujours ce regard attendrit lorsqu’elle se réveillait à ses cotés et désormais ce serait pour sa vie entière. Elle griffonna un petit mot qu’elle déposa sur son oreiller, et sortit sans bruit.

Citation :
Mon Amour,
Ne t’inquiètes pas, je vais faire une promenade avec Ciboulette le long de la rivière.
Je reviens très vite. Attends moi, je partirai avec toi pour la Chancellerie tout à l’heure si tu comptes t’y rendre.
Je t’aime

Ce matin pas de fournil à préparer, Noeline disposait d’une réserve de pain conséquente qu’elle n’arrivait pas à écouler, elle se demandait même si elle ne devrait pas faire du pain perdu avec toutes les miches qui lui restaient dans son échoppe. Elle pourrait même inviter tous les gamins du village pour un grand goûter d’ici peu.

Elle se vêtit chaudement, une envie de ballade matinale n’attendait pas, c’était son heure préférée ou le soir tard à la tombée du jour. L’atmosphère, les couleurs de ces débuts ou fin de journées lui plaisaient toujours.

Elle sortit emmitouflée dans sa chaude cape, chaussa ses bottes et partit vers l’écurie.

Ah désolée Astir, ton maître n’est pas autant matinal que moi, toi tu restes … une caresse sur le nez de l’animal en passant, un morceau de pain sec pour lui et elle harnacha la fringante Ciboulette.
Se ravisant, elle prit le temps de remplir un seau d’avoine et d’eau pour Astir et de rajouter un peu de paille dans la stalle. Je t’emmènerai bien avec moi mon vieux mais … désolée.

Pied à l’étrier, puis talonnade et les voilà parties à travers la campagne vers la Jordanne comme toujours, une petite brume recouvrait les champs d’Aurillac, certains habitants étaient déjà au travail.
Bientôt, avec Fab ils chevaucheraient l’un à coté de l’autre sur les chemins, ensemble.
Le grand voyage qu’ils attendaient approchait, Noéline décida de préparer sa jument. Elle poussa le galop loin vers le Puy Corny après avoir longé un peu la rivière.
Zarka courrait devant, chassant et surveillant tout à la fois. Pourrait elle l’emmener ... elle avait peur que ce ne soit pas possible.
La jument avait l’habitude de la présence du loup désormais.

En rentrant, elle s’empressa de se glisser dans la cuisine, un bol de lait chaud avec un peu de miel et une tranche de pain suffirait pour commencer la journée.

Tout semblait silencieux dans la maison. Se pouvait il que Fabien dorme encore …. En rangeant les quelques gamelles utilisées la veille, elle sourit en imaginant sa tête s’il était réveillé par le vacarme.
Elle n’attendit surtout pas de savoir et se faufila dans la pièce qui servait de cabinet de toilette.

Fabien74 a écrit:
91.5 rue de la Traverse, au fin fond du lit:

CLAK BICK BAK FLAK TCHIK TCHAK BOUM BOUM

...Gnnnn...humph...

Noeee..iiiine... Chhhhh't!

Fabien se retourne dans le lit, se couvre le visage avec le traversin. Il tente déséspérément de se rendormir. Allez, encore un effort.

Gnnnnnn!

Gnnnnnnn!

Gnnnnnnnn!


En vain.
Il se lève, passe sa chemise négligeamment entrouverte et enfile ses braies de la veille. Lentement, très lentement, il descend l'escalier tout de boiseries sculptées qui conduit à la cuisine. Noeline nettoie quelques ustensiles.

Il s'approche discrètement... Sans bruit il l'enlace et lui chuchote à l'oreille:


Bien dormi? Merci pour ton petit mot...

Puis après avoir grignoté un morceau rapidement, il se chaussa et enfila son gilet, puis alla rendre visite à Astir, dans la grange. Visiblement il avait déjà été nourri.

Huhuhuhuhuhuh plllplllplllplllplll , fit l'animal.

Noeline a écrit:
Elle sentit des bras qui se refermaient autour d'elle. Un baiser dans le cou, elle s'abandonna contre Fabien fermant les yeux un instant.

Oui j'ai bien dormi, mais je t'ai réveillé je crois ... pardon.
Cette ballade à cheval m'a donné de l'énergie tu vois

Fabien déjà partait vers l'écurie, elle finit de se préparer, le travail n'attendait pas.

Ils devaient l'un et l'autre prévenir leurs homologues des ambassades de leur arrivée prochaine. Envoyer des courriers pour les lances et autres obligations à régler avant le départ.

Elle rejoint Fabien qui avait déjà sellé les chevaux.

Fabien74 a écrit:
91.5 rue de la Traverse:

En prévision de la petite sauterie qui s'annonçait pour fêter leur départ prochain, Fabien avait dans l'intention de descendre dans la cave du manoir, pour en remonter deux ou trois bonnes bouteilles, voire plus.
Il dit à Noeline, qui s'apprêtait à aller afficher l'annonce sur la place du village:


Noeline, si tu me cherches, je suis dans la cave, j'ai mis une vieille brique au pied de la porte, pour la bloquer, ne t'avise pas de la retirer sinon tu n'auras plus de mari, je moisirai au fond de la cave!

Il rit.

Seul point positif je me saoulerai avant de trépasser!

Nouveau rire.
Puis il rajouta en voyant la mine décomposée de son épouse:


Je plaisante bien sûr!
A tout à l'heure!


Dernier baiser et Fabien s'engageait dans l'escalier obscur...

*****

Il en remonta quelques minutes plus tard avec une dizaine de bouteilles d'un bon cru, puis les déposa sur la table de la cuisine. Il alla chercher une carafe dans le buffet, puis s'attacha à décanter le vin avec habileté et passion...

Noeline a écrit:
91.5 Rue de la Traverse ( peu de temps après )

De retour de la place du village, Noeline trouva Fabien affairé dans la cuisine.

Je suis ravie de voir que j'ai toujours un mari....
Finalement, tu as décidé de ne pas vider la cave tout seul on dirait ...
, sourire entendu.
J'espère qu'on va avoir des visiteurs parce là on va finir ronds comme des manches si on boit ça tous les deux ...

Elle disparut vers la pièce qui servait de garde manger et revient les bras chargés.

Avec ce vin, je verrais bien quelques fromages de notre région, d'autant plus que j'ai ramené du pain aujourd'hui.

Tout était prêt, en attendant ils s'installèrent dans un fauteuil près de la cheminée chacun un verre dans la main.
Noeline leva son verre en direction de Fabien tout sourire.

A toi, à notre amour, à notre voyage 😉

Zebracoq a écrit:
Un pot de départ ne pouvait se rater. Que ce soit pour retraite ou pour retraite, il fallait s'y rendre.

Zebra toqua à la porte. Il avait faim.

Jimmy_3d a écrit:
Jimmy avait entendu parler de boire, et de manger... Océ était à la maison... il hésita une seconde... "bon allez, juste une verre... après je rentre"

Il arrive devant chez Noé et Fab et trouve Zebra à la porte


Bonsoir Zeb ! Comment vas ? t'as déjà toqué ?

Jimmy et Zebra attendaient devant la porte qu'on vienne leur ouvrir.

Noeline a écrit:
Ils avaient déjà fait un sort à quelques verres .... rhoo mais non juste un ou deux chacun ... lorsqu'on toqua à la porte.

Ah ! Zebra ! Jimmy ! toujours présents ... entrez donc, merci de venir.

Zebra je sais que c'est plutôt l'odeur du fromage qui t'a indiqué le chemin et en cherchant bien je dois avoir quelques cochonnailles en reserve
, elle rit.

Allez rejoindre Fabien, près de la cheminée, faut pas le laisser boire tout seul !
Fait pas chaud ce soir mais on a de quoi vous réchauffer.


Elle s'effaça pour les laisser rentrer et attrapa au passage leur manteaux qu'elle déposa sur les patères de l'entrée.

Noeline a écrit:
Installés tous les quatres autour de l'âtre, ils discutaient tout en grignotant fromages et saucisses sèches, le tout copieusement étalé sur de larges tranches de pain, un verre de vin dans l'autre main.

Toc ! Toc ! Toc !

Excusez moi Messires, je crois bien qu'on a toqué.
Bonsoir Ulyce, Kafer, c'est gentil à vous d'être là, entrez vite, il fait meilleur à l'intérieur.


Elle les accompagna vers la salle à manger, il lui semblait soudainement qu'il faisait très chaud, elle n'aurait su dire si c'était le feu ou le vin qui lui colorait les joues.

Fabien74 a écrit:
91.5 rue de la Traverse:

Leurs amis étaient là, ils venaient d'arriver. Noeline les conduisit au salon, devant la cheminée, là ils dégustaient quelques mets et le bon vin que Fabien avait remonté de la cave quelques heures auparavant.

Et bien mes amis... Je pense qu'il n'y a rien de plus plaisant au monde que de converser avec ses amis autour d'un feu de cheminée avec un verre de vin à la main! Quel plaisir vous nous faîtes! Un long mois loin d'Aurillac... Le village a beaucoup changé, mais l'on s'y trouve toujours bien.

Il sourit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noeline
Maitresse des lieux
avatar

Messages : 1771
Date d'inscription : 17/11/2008

MessageSujet: Re: La Rue de la Traverse   Ven 6 Mar - 21:56

Noeline le 12 novembre 1456 a écrit:
Devant la Maison


Le lendemain, ils rangèrent la maison et couvrirent les meubles. Leurs amis étaient passés, ils avaient festoyés mais raisonnablement finalement.

Francine avait les clés, elle passerait surement jeter un œil de temps en temps.
Noeline alla rabattre les volets, siffla Zarka, la bête arriva aussitôt.

Ma jolie toi tu gardes la maison, je compte sur toi et va chasser, tu sais faire ça, ne croque pas les gens, j'aurais des ennuis après ...

Caressant la louve, elle vit Fabien qui revenait avec les chevaux.

L'heure était venue de partir, ils enfourchèrent leur monture et partirent au galop vers le Nord direction Murat, une longue route commençait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noeline
Maitresse des lieux
avatar

Messages : 1771
Date d'inscription : 17/11/2008

MessageSujet: Re: La Rue de la Traverse   Ven 6 Mar - 21:57

Noeline a écrit:
Devant la porte, Fabien l'air moqueur narguait son épouse. Elle l'avait défié à tord, elle l'apprenait à ses dépends, il avait gagné la folle chevauchée, elle fit une moue dubitative avant de poser le pied à terre.

Soit ... tu as gagné mon coeur mais, mais .... elle n'avait pas d'argument, mieux valait se faire oublier et espérer que Francine serait là pour la vaisselle en question ...

La louve était devant la barrière à leur arrivée, comment avait elle su qu'ils rentraient.
Noeline se demandait toujours ce qu'il y avait dans son crane de bête fauve. Un long hurlement les salua mais elle partit vers la forêt presque aussitôt.
Elle avait perdu l'habitude des hommes et s'éloignait souvent maintenant qu'elle était adulte.

La porte s'ouvrit sur la grande entrée froide et sombre, les volets clos et le climat rigoureux de cette saison, avaient glacés l'habitation pendant ces longues semaines d'absences.

Un long frisson lui parcouru le dos, elle grelottait.

Bigre, comment allons nous tenir ici, nous aurions du faire avertir Francine et lui demander d'allumer la cheminée, je vais me transformer en glace si ça continue.

Elle vint se blottir contre Fab ... réchauffe moi par pitié ... c'est bon d'être chez nous malgré tout n'est ce pas ?

Un feu, elle rêvait d'un bon feu et d'une soupe chaude, elle pensait faire un brin de toilette pour faire tomber la poussière des chemins mais par ce froid, il faudrait sans doute des litres d'eau chaude avant qu'elle ne se décide à mettre un orteil dans le baquet.

Fabien74 a écrit:
91.5 rue de la Traverse:

Enfin ils étaient rentrés. Retrouver leur demeure était un plaisir infini, indéfinissable. C'était comme voir le bout d'un long tunnel. Non pas que leur voyage avait été déplaisant, bien au contraire, mais les route les avait épuisés.

Ne bouge pas Noeline, je me charge du feu!

Puis il alla chercher quelques bûches sèches dans la Grange et se dépêcha de rentrer au chaud, enfin au tiède. Le froit et le vent cinglaient, dehors.
Il fit rapidement prendre le feu et rejoignit ensuite Noeline sur la banquette se trouvant devant l'âtre. Il s'installa à ses côtés et les recouvrit d'une couverture de peaux. Que c'était bon d'être à la maison.


Alors qu'en dis-tu? Tu es assez réchauffée?

Il sourit, l'air taquin.

Noeline a écrit:
Sur la banquette près de la cheminée

Confortablement installée, elle regardait le feu crépiter dans la cheminée.
Peu à peu la chaleur parvenait jusqu'à elle, l'inconvénient c'était la grandeur de la pièce et le temps qu'il fallait pour la chauffer.

Fabien revient se blottir contre elle les recouvrant d'une chaude couverture en peau de mouton.

Alors qu'en dis-tu? Tu es assez réchauffée?

Elle glissa ses mains glacées dans les siennes.

Il va falloir encore un peu de temps, vois comme j'ai froid ... puis murmurant, merci d'être là pour moi Fabien, tu sais combien je tiens à toi.

Léger sourire

Alors dis moi ? quand irons nous à Challiers, il faut maintenant que nous partagions notre temps entre ici et là bas. J'ai hâte de découvrir ces terres qui nous sont confiées.

Diane_la_rebelle a écrit:
En rentrant chez elle, Diane fit un détour par le 91.5, chez Fabien...

Elle lui avait dit qu'elle lui amènerait un cadeau pour son anniversaire et elle tenait toujours ses promesses.
Ne voyant pas de lumière elle pensa qu'il était absent et glissa son paquet derrière le volet, accompagné d'un petit mot :

"Cher Fabien, voici une belle peau de mouton, douce et chaude que tu pourras mettre en descente de lit ou devant ta cheminée (pratique quand tu reçois des gentes dames pour une soirée coquine), j'espère que tu en seras content, fais en bon usage...
Ton amie Diane".

Fabien74 a écrit:
91.5 rue de la Traverse:

En ouvrant les volets ce matin, Fabien trouva un petit paquet avec un mot accroché. Il alla s'asseoir à la table de la cuisine et le déballa.

Oh! Une peau de mouton! Voilà qui me rappelle mon Moutmout... Enfin elle sera du plus bel effet au pied de la cheminé!

Il pensa qu'il devrait aller remercier Diane, bien qu'il ne voyait pas de quel genre de soirées elle parlait, il était marié. Il mit le petit mot au feu avant que Noeline ne le lise, il savait que ça ne lui plairait pas.

Noeline a écrit:
Il était déjà tard lorsque Noeline se leva ce matin là ... un matin différent.

Ils avaient prolongé la soirée devant la cheminée, profitant de la douce chaleur pour parler de leurs projets, des élections en cours, de leur vie ensemble.
Puis Fab était partit allumer la cheminée de la chambre et Noeline avait trouvé le courage de quitter la banquette pour se glisser sous les chaudes couvertures de leur couche.

Elle se leva heureuse d'être à nouveau dans sa maison et retrouva Fabien dans la cuisine l'air un peu songeur.


Tiens qu'as tu là ?
Elle vit la peau de mouton entre les mains de son aimé et s'interrogea mais passa bien vite à autre chose, ça n'avait pas d'importance.

Elle l'enlaça avant de lui murmurer... Joyeux anniversaire mon amour.
Ils restèrent quelques instant sans bouger puis Noeline sortit un paquet de derrière son dos.

Tiens c'est pour toi ... Fabien sourit et sans un mot défit le ruban autour du linge qui protégeait le présent.




Il eut entre ses mains une dague finement travaillée que Noeline avait discrètement acheté pendant leur voyage.

Il y a peu tu m'a dis que tu aimerais un couteau ... j'ai pensé que ceci conviendrait mieux à ta personnalité ...j'espère qu'elle te plait.

Fabien74 a écrit:
91.5 rue de la Traverse:

Après avoir mis discrètement la lettre au feu, il revînt au salon.
Noeline lui souhaita un joyeux anniversaire.


Oh mon amour... Merci, rien ne pouvait plus m'enchanter que de passer une soirée en ta si douce compagnie... Mon aimée... Tu le sais.

Plusieures minutes passèrent, l'alchimie passait, elle était toujours passée.
Deuxième surprise de la journée, Noeline lui tendit un paquet.


Oh! Mais...c'est pour moi? Je peux?

Il déballa l'emballage soigneusement, les yeux pleins d'étoiles.
Derrière l'épaisseur de papier se trouvait une magnifique dague, en métal précieux, le fourreau était en bois d'ébène, noir comme la nuit.
Elle était superbe.


Mon amour mais...tu es folle, elle est splendide! Il ne fallait pas, vivre à tes côtés chaque jour que le Très-haut fait est déjà un merveilleux cadeau...

Il lui sourit, il aimait ces soirées ou rien d'autre ne comptait que leur amour...

Noeline a écrit:
[Quelques jours après cet heureux épisode au 91.5 ]

La neige virevoltait au petit matin, le jardin était tout blanc, seules quelques traces de loup trahissaient une présence au dehors.
Debout depuis quelques minutes, Noeline entrouvrit la porte et siffla Zarka, qui arriva les poils collés par le givre après une nuit à courir la forêt.
La bête se coucha aux pieds de sa maitresse installée dans la cuisine pour le repas du matin.
Etait ce le froid qui la rendait si douce… Noeline passa la main sur le dos de sa louve et la caressa longuement.

On en a fait du chemin toi et moi ma jolie … le temps des chemins parcouru depuis Montluçon est bien loin … on dormait dans les granges, je ne sais pas ce que tu en penses toi mais ma vie à moi en tout cas est mille fois plus belle qu’avant … le visage de Fab se dessina dans son esprit ce qui la fit soupirer d'aise.

Tout à coup un bruit dans l’entrée, c’était Francine qui arrivait toute encapuchonnée en ronchonnant comme à son habitude, Noeline lui lança un Bonjour Francine, fait froid ce matin on dirait ?
Pas de réponse, juste grumph
Francine avait peur de Zarka qui du coup sentait la réticence de la femme et grondait encore plus …

La bonne rentra dans la cuisine un seau vide à la main, jetant un regard assassin autant à la jeune femme qu’à l’animal, l’eau du puits avait du geler durant la nuit, la vaisselle ne serait pas faite ce matin.

Bon je vais à mon fournil, vous préviendrez notre bon Diacre … n’est ce pas Francine ?
Elle sourit malicieusement devant la mine renfrognée en face d’elle.
Francine n’aimait pas l’air moqueur de Noeline, tant pis pour elle …

Allez Zarka viens … nous allons faire une ballade avant de travailler … Ciboulette n’a encore pas vu la neige.

Dehors les flocons tombaient toujours, quelques oiseaux cherchaient des graines, les rares personnes déjà dehors était largement dissimulées sous des épaisses capes ou mantels.

Noeline a écrit:
[En ballade sur la route de Murat ]

Elle s'enroula dans sa cape, enfila des mitaines et des bottes fourrées et partit vers l'écurie pour seller sa jument. Il neigeait toujours, le jour avait peine à se lever.
Ciboulette partit d'abord au pas car l'étendue blanche la dérangeait, le contact au sol différent probablement.
Noeline la laissa s'habituer et lorsqu'elles franchirent l'orée de la forêt, elles suivirent pendant plusieurs lieues un long chemin mal repéré perdu entre les arbres givrés.

L'allure s'accéléra peu à peu, elles entrèrent plus profondément dans le petit bois de sapins qui s'étendait en haut d'une petite colline.

Là des bucherons étaient déjà au travail, leurs coups de haches résonnant davantage en raison de la neige qui répercutait les sons plus facilement.
Ils saluèrent d'un signe de tête Noeline qui leur répondit volontiers, elle connaissaient certains de vue seulement mais ils étaient pour la plupart du village d'à coté.
L'un d'eux lui fit signe de s'arrêter.

Eh M'dame ! Voulez pas un sapin ? j'en ai coupé un trop p'tit là et on pourra rien en faire, pour décorer chez vous
Sur le coup, l'idée parut un peu saugrenue à Noeline, décorer avec un sapin ... quelle drôle d'idée il avait cet homme là ... finalement elle accepta d'emporter le petit arbre, au pire ils en feraient du bois pour la cheminée.

[ De retour à la maison ]

Le retour fut plus lent et Noeline arriva au 91.5 complètement glacée. Elle rentra sa jument dans son écurie, lui garnit de paille l'endroit où elle restait et lui versa de quoi boire et manger dans des seaux.

Elle traina le sapin jusque devant la maison, ce qui intrigua la louve qui se posta tout près comme si un animal allait surgir des branches.

Le feu allumé avant de partir par Francine et sans doute entretenu par Fabien flambait largement dans la cheminée ce qui lui permis de reprendre vie petit à petit.
Son homme était invisible ce matin, partit déjà travailler où pas encore levé ... Quand il serait là, elle lui demanderait d'installer le sapin dans un pot, elle avait trouvé ce qu'elle ferait avec cet arbre.

Noeline a écrit:
[ 91.5 Rue de la Traverse, 6 jours avant Noel ]


Lors de son voyage en Franche Comté avec Fabien, Noeline avait entendu des conteurs dans les tavernes. Ces gens colportaient des nouvelles de villes en villes. Ainsi avait elle entendu parler d’une habitude venant de la lointaine Alsace au moment de la veillée de Noel.

Pour symboliser le solstice d’hiver qui arrivait en même temps que la célébration de la nativité, des sapins étaient installés dans les maisons et décorés de pommes rouges, de rubans et petits gâteaux.

La confection des petits sablés l’occupa une bonne partie de la matinée, elle prenait plaisir à découper les formes avec la pointe du couteau, ainsi étoiles, soleils, quartiers de lune, fleurs et autres représentations naturelles trouvèrent une place sans le four, un petit trou pour passer un ruban.
Une odeur gourmande se répandit bientôt dans la maison … combien de temps Fabien tiendrait il avant de venir chaparder quelques biscuits. Elle sourit.

Les gâteaux refroidissant sur la grande table, elle partit dans la remise à la recherche de pommes bien conservées avec les plus belles couleurs, une vingtaine ferait l’affaire.
Puis dans ses malles elle trouva quelques rubans de soie aux couleurs variées.

Le tout rassemblé sur la petite table de l’entrée, elle était prête, ne restait plus qu’à trouver un bac ou un seau remplit de petits cailloux pour planter l’arbre, ce qui fut chose facile avec l'aide de Dragonet qui ne demandait pas mieux.

Quelques minutes plus tard, Noeline admira son oeuvre, fière d'avoir eut cette jolie idée.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noeline
Maitresse des lieux
avatar

Messages : 1771
Date d'inscription : 17/11/2008

MessageSujet: Re: La Rue de la Traverse   Ven 6 Mar - 22:04

Noeline le 30 décembre 1456 a écrit:
[91.5 Rue de la Traverse - 29 Décembre, le soir à la tombée de la nuit]

Une rude journée se terminait, elle avait passé l'après midi à la Sauverie tentant de trouver l'origine du mal de la jeune femme qui avait été conduite là bas la veille.

Le matin, un passage à la Chancellerie, le Duc y faisait son discours et elle avait quelques dossiers en cours à finir rapidement.

C'est durant le discours qu'elle avait ressentit les premiers frissons, des suées avaient couvert son front mais elle avait vite repris une apparence correcte.
Il ne fallait pas faiblir, elle n'avait pas le temps.

Puis le reste du temps, occupée autour des malades, elle n'avait pas voulu faire attention aux symptômes qui pourtant devenaient de plus en plus intenses.

Elle avait pourtant continué sa tâche. Là, elle rentrait chez elle ... enfin.
Mais cette grande maison vide, d'un coup lui tomba sur les épaules, un froid humide l'enveloppa.
Le feu crépitait pourtant, Francine n'avait pas que des mauvais cotés.
Noeline se collait devant l'âtre, presque assise dans le foyer tant elle grelotait.

La sueur recommençaient à perler son son visage blême.
Elle eut soudain la sensation d'être dans un nuage, elle ne sentait plus ses membres et en même temps avait l'impression d'être une enclume tant elle pesait.

Fort heureusement, elle eut le réflexe de glisser vers la banquette et s'écroula dessus. Dans une semi inconscience, elle flottait depuis un moment lorsqu'elle trouva le courage d'aller se coucher.

Le grand lit glacé fut plus une épreuve au début, ses dents s'entrechoquaient tant elle avait froid. Elle avait pourtant nombre de couvertures sur elle mais c'est la fièvre qui la terrassait.
Il lui fallait une infusion de saule et de camomille .... elle s'endormit avant même de finir sa pensée.

Zarka la louve, était couchée contre sa maitresse et sa chaleur était salvatrice.

Noeline a écrit:
Même endroit - 30 décembre 1456 au matin

Le feu avait faiblit puis s'était éteint faute d'avoir reçu le moindre bout de bois pour la nuit.
Dehors la campagne était blanche, recouverte de cette neige collante qui s'infiltrait partout.
Les carreaux de la chambre recouvert de givre montraient de jolies étoiles cristallines.

Noeline ouvrit les yeux et dans un geste habituel tendit la main vers le coté du lit vide. Son coeur se serra, la semaine était si longue.
Fabien retenu chez ces moines sans aucune compassion, rentrerait bientôt mais elle n'avait aucune patience et chaque minute était une éternité.
Vivre sans lui était cruel et impossible.

Elle se leva enfin, mit une bûche dans la cheminée et descendit vers la cuisine en se cramponnant, elle était faible.

Chauffer de l'eau pour une infusion mais avant, là aussi faire du feu sous la marmite et attendre.

Elle se sentait abattue, cette fièvre n'était en fait qu'une grippe mais elle avait un instant pris peur car des voyageurs lui avaient rapporté la veille que la peste était à Tulle.

Ce matin, elle s'inspecta les bras et les jambes à la recherche de bubons mais elle fut vite rassurée, sa peau était rosée et fine sans aucune traces suspectes. Elle irait remercier Aristote dès qu'elle pourrait sortir.

Une fois sa tisane de Saule préparée et avalée, elle retourna se coucher, que pouvait on faire de mieux.

Il était midi passé lorsqu'elle se réveilla de nouveau mais elle se sentait déjà beaucoup mieux.

Noeline a écrit:
Chez Fabien et Noeline - Quelques jours plus tard

Son état avait finit par s'arranger doucement, plusieurs jours qu'elle était fébrile, mais aujourd'hui elle avait reprit des forces.
Le programme du jour avait été comme souvent assez chargé, les mêmes taches, les mêmes endroits.

Elle se couvrit chaudement et profita des quelques rayons du soleil de l'après midi pour faire une longue marche le long de la Jordanne gelée en attendant le retour de Fab.

Zarka, incarné par Noeline a écrit:
La nuit d'avant - Devant le Manoir

Une nuit froide sans lune, noire et inquiétante s’étendait sur Aurillac. La louve blanche hurla lorsqu’elle vit les deux silhouettes, capes au vent, filer à toute allure, chevauchant vers le Puy Corny.

La neige tombait drue et rendait aveugles toute forme de vie qui trainait encore dehors à cette heure tardive, le vent devint plus vif au même moment.
Nez au vent, la louve ne tarda pas à bouger de son promontoire près du manoir de la Fléchère.

Un jeune loup gris courrait déjà derrière les chevaux, Zarka vit sa maitresse qui galopait sur le chemin contournant le volcan et obliquant plein sud. Une autre personne partait aussi, une femme à l’odeur.

D’un bond, Zarka les rejoint sur la route. La louve avait soif d’aventures.
L’appel de la liberté retrouvée pour la superbe bête sauvage qui défendrait jusqu’au bout si Noeline était menacée.


Noeline a écrit:
L'heure était avancée dans la nuit lorsque Noeline et Fabien prirent la route de Murat.
Ce petit voyage n'était pas pour déplaire à la jeune femme qui adorait partir pour de petites escapades.

Zarka et Hou le louveteau offert par Mikeoll étaient prêts, cette fois ci, ils venaient aussi, une escorte sauvage tenait toujours les indésirables à distance, du moins un peu.

Les deux chevaux furent sellés, Noeline monta ciboulette et Fabien son Astir.
Enveloppés dans leur chaude cape de laine l'un et l'autre, ils talonnèrent leur monture et disparurent dans la nuit froide et neigeuse.

Allez Fab, je te parie que cette fois, c'est ma Ciboulette qui sera la plus rapide ....

Fabien74 a écrit:
Déjà alors que Noeline lui disait que Ciboulette serait la plus rapide, il était à 2 ou 3 pieds devant elles, mais nul doute que la jument ne les rattraperait. De loin il cria à Noeline.

Et bien... Rattrape moi!

Et il talonna ce bon viel Astir, qui partit au quart de tour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noeline
Maitresse des lieux
avatar

Messages : 1771
Date d'inscription : 17/11/2008

MessageSujet: Re: La Rue de la Traverse   Lun 23 Mar - 11:05

Noeline a écrit:
Noeline poussa la porte du jardin, Zarka et Hou lui coupèrent le chemin et elle manqua s’étaler dans la neige qui persistait.
Fabien avait mené les chevaux à l’écurie et Dragonet avait déjà pris les choses en main, l’écuyer suivait désormais le couple dans chacun de ses déplacements et le jeune garçon était devenu indispensable autant pour son travail que pour sa bonne humeur enfantine.

Une marche, deux marches, trois marches …. La clé qui tourne dans la serrure …. Un pas à l’intérieur
Elle se tourne vers Fabien un large sourire affiché,

Regarde comme Francine t’aime mon Fabien, elle a fait du feu ! Regard taquin vers son époux.

Sans attendre les représailles, elle s’élança vers le premier étage en riant, désireuse de passer une tenue propre et de se défaire de la poussière des chemins.
La vue du lit et de ses couvertures et édredons moelleux la tentèrent un instant, se glisser sous les draps, elle en rêvait mais elle se sentait poisseuse, sale et fripée avant tout.

Ensuite … et bien ensuite … qui sait, ses pensées dérivèrent lentement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noeline
Maitresse des lieux
avatar

Messages : 1771
Date d'inscription : 17/11/2008

MessageSujet: Re: La Rue de la Traverse   Lun 23 Mar - 11:06

Noeline a écrit:
Chez Fabien et Noeline, 91.5 Rue de la Traverse, le soir

Noeline avait passé une partie de la soirée à noircir des parchemins pour les élections et ses tempes commençaient à lui faire mal.

Un petit saut en taverne lui permit de se détendre et surtout de retrouver quelques amis dont Tigelius, Anne et Gaby que Fabien et elle même n'avait pas revu depuis fort longtemps.

Elle prit les devants pour rentrer rapidement car ses amis de Polignac devaient venir dormir chez eux et elle voulait s'assurer qu'une chambre était prête pour les accueillir.

Une fois tout préparé, elle s'installa devant la cheminée et attendit que ses invités arrivent.
Fabien n'allait pas tarder non plus. Elle se servit un verre de vin et se détendit en regardant les flammes danser devant ses yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noeline
Maitresse des lieux
avatar

Messages : 1771
Date d'inscription : 17/11/2008

MessageSujet: Re: La Rue de la Traverse   Lun 23 Mar - 11:07

Noeline a écrit:
91.5 rue de la Traverse au petit matin

Bouche pateuse, tête qui martèle comme une marmite sur laquelle on tape, voilà l'état dans lequel Noeline se réveilla au petit jour.

La veille, elle avait largement arrosé ses retrouvailles avec les tavernes Aurillacoises et si Fabien n'avait pas eut la bonne idée de venir la rejoindre, elle aurait eut bien du mal à rentrer toute seule.
Ce matin, elle se sentait honteuse et mal à l'aise. Comment avait elle pu se mettre dans un tel état devant lui.

En remontant la rue vers leur maison, elle avait levé le nez vers les étoiles cherchant les constellations mais Fabien n'avait pas eut envie de s'arrêter, elle avait aussi remarqué qu'il y avait deux ... lunes dans le ciel mais là encore Fabien n'avait fait que rire et c'est légèrement contrariée qu'elle s'était laissé guider vers leur chambre.
Là, il l'avait dévêtue, accompagnée vers leur couche et couverte d'une chaude couverture.
Allongée, la sensation était encore pire, le lit semblait dériver à travers la pièce, fermer les yeux ne fit qu'agraver les choses mais elle se força à les garder clos.
Fabien parlait mais surtout ne cessait de rire d'elle .... demain toi ... le sommeil la ratrappa.


Lorsqu'elle rouvrit ses paupières, le jour était levé et Fabien avait déjà disparu. Elle en fut presque soulagée, ne voulant pas qu'il assiste à son réveil défraichit.

Trainant les pieds, elle descendit les marches vers la cuisine. Là un seau d'eau tronait au beau milieu de la table.
Il y avait surement un message mais elle préféra ne pas y penser, elle plongea sa tête dans l'eau glacée pour remettre ses idées en place.
Son époux ne rentrerait que le soir, elle avait la journée entière pour récuperer une allure digne de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noeline
Maitresse des lieux
avatar

Messages : 1771
Date d'inscription : 17/11/2008

MessageSujet: Re: La Rue de la Traverse   Lun 23 Mar - 11:08

Noeline a écrit:
91,5 rue de la Traverse, devant la maison


Deux heures durant, Noeline était restée sur la berge de la Jordanne, partagée entre l'envie de rester encore à attendre elle ne savait quoi et l'envie de rentrer et de changer de chaussures, de vêtements ...

Le froid lui mordait les jambes alors elle était rentrée. Remontant la rue, elle aperçu devant la porte du jardin une silhouette qui lui parut familière.

Non !!!! Si !! c'est bien elle .... elle se mit à courir transportée par la joie.

Livia !!! Je suis si contente de te voir là ... ça fait si longtemps ... j'ai plein de choses à te raconter mais viens entre je t'en prie, Fabien est peutêtre rentré je ne sais pas, j'étais ... dans la Jordanne ... j'ai glissé et finit dans l'eau ... elle rit.

A l'intérieur, le feu crépitait encore dans la cheminée, Noeline fit assoir son amie près de l'âtre et fit de même, le pieds quasiment dans les flammes tant ils devaient être réchauffés.

Une longue soirée de bavardage se préparait, Fabien n'était finalement pas rentré, Noeline servit un verre de vin à Livia, elle papotèrent en attendant son retour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noeline
Maitresse des lieux
avatar

Messages : 1771
Date d'inscription : 17/11/2008

MessageSujet: Re: La Rue de la Traverse   Lun 23 Mar - 11:08

Noeline a écrit:
91.5 Rue de la Traverse, chez Noeline et Fabien


Elle avait ouvert les volets de bon matin laissant entrer l’air frais de ce matin de pré printemps. Il fait encore froid à proximité des montagnes d’Auvergne mais cette bouffée eut pour effet de la réveiller totalement.

Elle avait à faire comme tous les jours, mais elle prendrait le temps d’une ballade matinale dans la campagne avec Zarka. Moment de solitude qu’elle aimait particulièrement partager avec sa louve lorsque Fabien n’était pas à Aurillac.

Elle soupira, il était partit déjà depuis quelques jours, temps infini de la séparation, elle ne s’y ferait sans doute jamais. Mais la noblesse n’avait pas que des avantages, les devoirs étaient nombreux et elle-même serait sur les routes avec lui si elle n’avait choisit de servir sa ville pour un moment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noeline
Maitresse des lieux
avatar

Messages : 1771
Date d'inscription : 17/11/2008

MessageSujet: Re: La Rue de la Traverse   Lun 23 Mar - 11:09

Noeline a écrit:
91.5 Rue de la Traverse - Un matin different

Levée à l’aube, Noeline se vêtit chaudement et partit marcher le long de la Jordanne.
Promenade matinale bienfaitrice, c’était toujours le moment où elle pouvait préparer dans sa tête sa journée.
Le calme de la campagne blanchie par les gelées blanches de Mars lui donnait chaque fois une impression de plénitude, elle était bien.

Pourtant ce matin, elle se trainait, avançant sans énergie, une sensation bizarre la tiraillait, depuis quelques temps elle ressentait de la fatigue facilement.
Sans doute, son mandat de maire qui la préoccupait plus qu’elle ne voulait l’admettre.

Elle abrégea sa marche et rentra se mettre au chaud un peu au coin de la cheminée. Il fallait qu’elle se reprenne pour aller à son bureau.
Passant par la cuisine, elle attrapa une pomme et croqua dedans, Francine était déjà en train de préparer une soupe pour le soir et de cuire des céréales pour accompagner une viande rotie qu’elle mangerait le soir.
L’odeur la mit mal à l’aise … finalement elle était mieux dehors. Elle prit sa cape et partit faire un tour au marché, dire bonjour aux villageois qui vendaient leur marchandise et répérer quelques bonne affaires.

Elle pensa à Fabien, son absence était bien pesante. Chaque séparation était une terrible épreuve pour eux, cette fois ci encore plus puisqu'elle elle ne savait lorsqu’il rentrerait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Rue de la Traverse   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Rue de la Traverse
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» prise de la ville de traverse
» Le Chemin de Traverse [Zou_Ishi]
» help desert miracle de la pluie
» Le But de Sinan Bolat !!!!!!!!!!!
» Coeur de sang

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Castel de Challiers :: Rez de chaussée :: Les RP de Fabien et Noeline-
Sauter vers: